Partagez | 
 

 Big Girl Cry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kori Anders
•☆• Folding Star •☆•


Age : 25 ~
Messages : 109
Date d'inscription : 05/11/2016
Groupe/Clan : Teen Titans
Métier : Mannequin

MessageSujet: Big Girl Cry   Lun 7 Nov - 10:19

l'Hôpital. Il me dépasse, me surplombe, m'écrase, il est si grand, si énorme et pourtant parfois encore trop petit pour accueillir toutes les personnes nécessitant des soins. Un instant je m'arrête devant l'entrer principal et je lève le nez pour voir le nom de l'Hôpital. Je sais que je dois venir, je sais que c'est ici que je dois venir mais le temps de quelques minutes je n'y arrive pas je reste là le regard dans le vide terrifié comme si l'on allait m'annoncer la mort d'un être cher…
Est-ce que c'est perdre un être cher que de se faire rejeter par celui-ci ?
Tandis que je stresse en me posant plus d'un milliard de questions les gens autour de moi me regardent, me toise, parfois ils m'adressent un sourire gêné parfois non, parfois même ils m'en offrent un vrai. Moi tout ce que je comprends c'est que je leur fais peur… Pourtant, loin de moi l'idée de vouloir cela.

Enfin je me décide à entrer doucement d'un pas lent, le regard fuyant à toute vitesse le moindre regard d'autrui… Je ne sais pas vraiment comment les choses fonctionnent, je suis un peu perdue, pour ne pas dire complètement. J'ai la tête ailleurs l'esprit dans les nuages, cependant un homme ose me parler et me montre qu'il faut aller tirer un numéro et attendre son tour. Étrange façon de faire je tire un petit bout de papier pour aller m'enfoncer dans un siège après avoir remercié ce monsieur d'un sourire ayant bien trop peur de ne pas sortir le bon mot dans la bonne langue…
Au fond de mon siège j'observe doucement tandis que sur mon morceau de papier est inscrit le numéro 083. L'écran affiche en rouge violence le numéro 079. Il semblerait que je doit attendre un peu. Assise ici, je remarque que le regard des gens a changé. Il me regarde presque normalement enfin avec plus d'empathie peut-être. Pense-t-il que je suis malade . Sûrement et c'est peut-être mieux comme ça.


Je regarde les aiguilles de la pendule tourner et j’attends suffisamment longtemps pour commencer à avoir mal à l'estomac. Je le tiens d'une main tandis que de l'autre je chiffonne sans faire attention le morceau de papier indiquant l'ordre de passage. En tournant la tête j’aperçois un marchand de fleurs, elles sont toutes jolies et ça m'en arrache un petit sourire. L'écran affiche 081 et la personne est déjà en train de parler à la secrétaire. Je file alors voir ce petit marchant et je lui montre les fleurs que je veux. Des roses blanches. Il continue de me sourire même si je ne parle pas et doit penser que je suis muette. Aussitôt le paiement effectué je retourne vers l’accueil et c'est mon tour.
Alors que je prends une respiration pour parler, la secrétaire me demande si j'ai mal et où. Elle me prend pour une patiente… Je souris simplement et secoue la tête avant de lui expliquer pourquoi je viens.

-Non, nulle part. Je n'ai pas mal. Je viens voir Dean O'Neil. Où est sa chambre s'il vous plaît ?


Elle regarde alors dans l'ordinateur et moi je n'arrive à faire rien d'autre que la regarder avec les sourcils courbés. Quand elle me donne les indications pour m'y rendre après m'avoir demandé qui j'étais pour lui je me dirige vers la chambre, le cœur serré d'avoir dit qu'il s'agissait de mon petit ami. C'était la vérité et elle me lançait une douleur dans le cœur, pourtant je veux rester comme ça avec lui. C'est peut-être bien parce que je ne suis pas sure que ce désir soit conquis que mon coeur se serre ainsi…
À la porte de sa chambre je m'arrête en serrant les tiges des trois roses que j'ai acheté me blessant un peu les mains sûrement volontairement je n'en sais rien… Quand je toque à la porte pour enfin entrer en refermant derrière moi je vois Dean blessé, allongé dans son lit. Je lui souris et m'approche un peu, le pas lent et délicat. Je m'approche tout près et viens mettre dans le vase fourni par l'Hôpital les roses, avant de venir essayer de prendre la main de Dean.

-Hey… Comment tu te sens ?

Je le regarde puis, je baisse les yeux et regarde les fleurs en parlant d'elle un petit sourire aux lèvres avant de le regarder de nouveau serrant un peu sa main que j'avais saisi du bout des doigts. Je stresse, j'ai peur et ça s'en ressent de par mon comportement hésitant je le sais...

-Je t'ai apporté des fleurs…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Big Girl Cry   Lun 7 Nov - 12:52

Ma tête… qu’est-ce qui c’était passé ? J’avais mal partout. Je regardais à droite et à gauche, je voyais que j’étais à l’hôpital. Qu’est-ce qui c’est passé ? Ma tête me fait énormément mal. Je regardais par la fenêtre et je voyais que non seulement j’avais dormi longtemps mais il faisait nuit et on était pas à National City. Cherchant au plus profond de ma mémoire je commençais à me rappelais petit à petit…

Kori et moi on était parti se balader en ville pour prendre l’air et profiter d’un beau jour d’été. Ça faisait un moment qu’elle était ici et que je l’avais accueilli chez moi. C’était une personne perdu, amnésique, elle m’avait dit. Je l’avais cru et je ne m’étais pas posé de question. Elle avait des pouvoirs et je ne cherchais pas vraiment à savoir pourquoi, ni comment. J’avais pris mon temps pour apprendre à la connaître et à deviner ce dont elle était capable. Elle avait réussi à accepter mon côté démoniaque et je devais le reconnaître, elle m’aidait beaucoup à me contrôler quand je perdais la boule et que je devenais le Hell Driver, au moins elle m’empêchait de faire trop de dégâts. Enfin là c’était en pleine journée et tout ce passé pour le mieux.

Nous venions de sortir du cinéma et nous nous dirigions vers le parc quand soudain nous fûmes encerclés par une trentaine d’hommes armés jusqu’au dents aux tenus militaires. Mais ils avaient un nom que je ne connaissais pas. Cadmus… Je n’avais jamais entendu parlé de cette organisation. Ils nous ordonnaient de nous rendre et que cette Alienne se rend. Je les regardais étrangement. Ils étaient sérieux ? Je commençais à parler :

- Je suis le détective Dean O’Neil, ancien lieutenant colonel de l’équipe des Skull des marines. Je vous ordonne de baisser vos armes !
- Lieutenant Colonel O’Neil partez immédiatement ou vous serez vous aussi un ennemi.

Je commençais à m’énerver et je restais près de Kori quand soudain je sentis une sensation de tuer immense. Je n’avais juste eu le temps de pousser Kori au loin avant qu’elle ne se fasse toucher. C’était un missile à fragmentation. L’explosion déposa des morceaux de schrapnel dans mon corps et je volais sur plusieurs mètres avant de me cogner contre un mur. Pendant que j’étais étalé au sol je voyais Kori entrain de faire mettre en joue … Je n’eus la force que de tendre la main vers elle et tout devint noir…


Donc j’étais à l’hôpital. Tout était clair maintenant. Et l’homme avait dit que Kori était une alienne. Je me demandais ce que tout cela signifiait. D’ailleurs elle rentra dans la chambre. Elle me demanda comment je me sentais. Je ne pouvais que répondre que d’un sourire amicale. Que dire… Elle était en cavale et par ma faute elle avait été retrouvé. J’étais un poids lourd, je ne faisais que la rendre faible… Kori me serra la main en me disant qu’elle m’avait acheté des fleurs. Je serrais sa main aussi et je prenais la parole :

- Elles sont jolies… Tu veux bien m’expliquer un peu ce qui c’est passé. Je n’ai pas les idées claires. Et je voudrais savoir pourquoi je suis ici.

Je ne disais pas que je me rappelais, je voulais voir si elle allait me dire la vérité ou si elle allait me mentir pour me préserver.

Revenir en haut Aller en bas
Kori Anders
•☆• Folding Star •☆•


Age : 25 ~
Messages : 109
Date d'inscription : 05/11/2016
Groupe/Clan : Teen Titans
Métier : Mannequin

MessageSujet: Re: Big Girl Cry   Mar 8 Nov - 12:40

Je le vois doucement se réveiller et je prends un air espérant, me demandant s'il avait compris ce qui s'était vraiment passé. Visiblement il semblait un peu dans le pâté et ne me répondit pas immédiatement, je le regardais m'approchant au plus près de lui, le lit imposant une limite. Je sentais tout à coup sa main serrer la mienne et cela me permit de sourire un peu face à lui. J'étais si stressée qu'il m'en veuille, qu'il me quitte… Il est tout pour moi je ne veux surtout pas le perdre juste parce que j'ai trop honte de ce que je suis… Une alienne.

Le gouvernement avait tout gâché, et je les déteste pour ça… Alors j'espère simplement qu'il ne se souvient de rien, je prie pour qu'il ne se souvienne pas que j'ai mis à feu et à sang ses agents du gouvernement. Il n'était pas comme tous, là sur leurs uniformes se tenait un lettrage : Cadmus. Je ne connaissais pas vraiment pour être honnête, tout ce que je sais c'est qu'ils me veulent du mal.
De plus… J'ai l'impression de me souvenir… De me souvenir d'un de mes bourreaux d’antan…

***

Non ! S'il vous plaît… Arrêtez !

Deux hommes te regardait Kori tandis que tu t'agitais en parlant une langue qu'il ne comprenait pas. Tu étais attaché en étoile et à toi serais accroché tout un tas d'aiguilles et d’électrodes te vidant de ton énergie solaire. Tu avais les larmes aux yeux et les récupérer dans de petites éprouvettes… Tu étais leur jouet et tu souffrais « pour la science » comme il se persuadait…
Tout ce dont tu te rappelles ce sont eux ces deux hommes en tenue jaune pétante ressemblant à des extraterrestres. Quelle ironie.

Je comprends pas du tout ce qu'elle dit … Tu crois qu'on nous en voudra si on la bâillonne .

Tout ce que tu voulais c'était rentrer chez toi rentrer quelque part où tu connais les choses… Cependant tout est mort ta planète tes frères et sœurs… ta famille… Pourtant tu te trompes sans pour l'instant le savoir... Je n'oserais dire si c'est mieux ou non pour toi… Sans pitié il était venue violemment te bâillonner profitant de ton in-liberté pour te voler quelques caresses. Ce moment était un supplice.
Cadmus, tu te souviens . C'était écrit sur le dessus de la porte de ta salle de torture… Maintenant c'est bon tu vas te souvenir…

***

Oui je me souviens c'était bien eux. Il faut que je continue à me cacher… Pour ça il faut qu'on parte avec Dean, loin de tout cet enfer. Pour cela il faut que je le protège alors j'espère.
J'espère tellement qu'il ne se souvienne pas alors je m'assieds sur le fauteuil a côté de son lit et m'approche de celui-ci lui tenant toujours fermement et gentiment la main. Je sais que j'ai fait une bêtise en lui mentant et je m'en veux … Mais il ne doit pas savoir c'est mieux comme ça... Quand enfin j'entends sa réponse je souris plus franchement soupirant de soulagement alors que je viens d'une main bienveillante lui caresser très doucement sa tête commotionnée.

Je suis contente, ça me plaisir qu'elles te plaisent.

Je souris avant d’enchaîner continuant mes douces caresses

Tu t'es fait tirer dessus par un tireur fou alors que tu étais à moto… Je suis désolée…

En m'excusant, je me trahis mais je ne m'en rend compte qu'après et je me mordille un peu les lèvres tandis que je reprends mon air plus incertaine.
Maintenant tout va bien tu es à l'hôpital on s'occupe de toi.
Je lui souris un peu, faiblement et j'ose encore le regarder, et j'espère qu'il va me croire. Vraiment.

_________________
S T A R F I R E
Kori Anders

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Big Girl Cry   Mar 8 Nov - 15:02

Elle me tenait toujours la main fermement tout en répondant à ma main qui était entrain de serrer la sienne. Que se passait-il ? J’aimerai qu’elle me réponde et qu’elle m’explique. Mais est-ce qu’elle allait le faire vraiment ? Je savais qu’elle m’avait menti sur ses origines et je ne lui en voulais pas, elle souhaitait simplement se protéger. Mais ce n’était pas à moi de dire cette vérité, c’était à elle de me la dire et non à moi de dire ce que je savais. Quoi que… allais-je la laisser me mentir sur cela comme elle m’avait menti pendant longtemps ? Je lui demandais finalement ce qui c’était passé et je disais que les fleurs étaient jolies. Elle était contente que les fleurs me plaisent et Kori commença à me parler qu’un tireur fou m’avait atteint alors que j’étais à moto. Elle me caressa la tête doucement. Je fermais les yeux et disais simplement :

- Vraiment ? Je devrais faire un peu plus attention alors…

Ma voix resta en suspens vers la fin. Donc elle me mentait, elle ne voulait pas me dire ce qui c’était passé. Pourquoi donc… Ne rien me dire était probablement la pire chose à faire. Je commençais à me dire que cela n’allait pas être simple comme discussion. Je commençais à rouvrir les yeux, mais malheureusement ce n’était pas un regard doux et chaleureux comme je pouvais le montrer, mais un regard un peu plus interrogateur. Ce n’était pas très approprié ici, mais je ne pouvais faire autrement. D’une voix amicale je disais :

- Pourquoi t’es désolée Koko ? Si c’est ce qui c’est vraiment passé ce n’est pas de ta faute. A moins que tu ne me dis pas tout, n’est-ce pas ?

Tant pis. Je voulais que cela vienne d’elle, mais ça ne viendra probablement pas. Il me fallait la faire confronter la vérité. Pour l’instant je ne voulais pas lui faire du mal ni la blesser de quelque manière qui soit, mais je ne voulais pas qu’elle me mente. Je détestais le mensonge, même si parfois je devais mentir c’était toujours pour une bonne raison et dans son cas il y en avait une. Je reprenais la parole d’un ton plus sérieux et plus dur :

- Je ne me suis pas fait tiré dessus par un fou. J’ai pris un missile pour te protéger car des gens d’une organisation militaire sont à ta poursuite et je ne sais pas pourquoi. J’exige des réponses Kori !

J’avais monté le ton sur la fin mais je gardais un visage serein et calme. Je me rendi compte que je l’avais appelé Kori. C’était souvent quand j’étais agacé ou énervé que je faisais cela. La situation était assez importante pour cela. Je la regardais serrant toujours sa main, voir même un peu plus fort. Je sentais que mes yeux reflétaient mon inquiétude et je lui disais d’une voix douce :

- S’il te plaît. J’ai le droit de savoir Koko.

Revenir en haut Aller en bas
Kori Anders
•☆• Folding Star •☆•


Age : 25 ~
Messages : 109
Date d'inscription : 05/11/2016
Groupe/Clan : Teen Titans
Métier : Mannequin

MessageSujet: Re: Big Girl Cry   Mer 9 Nov - 10:59

À mon mensonge il marche ou du moins semble marcher mais dans sa voix il y a quelque chose qui me dit que tout du moins il doute. Je hoche doucement la tête à ce qu'il dit avant de finalement baisser les yeux pour les détourner. Je le savais je n'aurais pas dû m'excuser, ce geste m'a trahi bêtement… Je ne dis rien, je ne veux pas parler et je reste l'assise à serrer sa main et à me renfermer à avoir peur…
Peur qu'il sache, peur qu'il a peur de toi, peur qu'il te quitte pour ça… Je ne bouge pas, je ne sais pas vraiment pourquoi, peut-être juste pour qu'il m'oublie l'espace d'une seconde.

Utopie, j'ai les cheveux et la peau orange et des yeux jade pétants… J'ai honte et doucement je retire ma main des siennes pour venir gratter mes mains entre elles, fixant ma bague et pas n'importe laquelle. Ma bague de fiançailles. Je la regarde avant de lever les yeux vers Dean l'air désolé et les larmes aux yeux.
Je détestais quand il m'appelait Kori avec sa voix agacée… Je baisse alors les yeux pour finalement les relever doucement en entendant Koko… C'est comme ça que ma sœur m'appelait aussi. Elle me manque tellement…

Oui c'est vrai…

Ma voix tremble et mes vicaires me serrent, à tel point que j'en ai presque envie de vomir mes organes… Je respire un grand coup et je me lève le regardant en me tenant un bras, comme un élève qui la peur au ventre récite une poésie qu'il ne sait pas par cœur... Faisant tourner ma bague avec mon pouce j'ai tellement peur de la perdre…

Je suis une extraterrestre… Je vivais sur la planète Tamaran, une planète très près du soleil… J'en étais devenue la Reine mais… Elle a été détruite peu après, il ne reste rien… Je me suis … échouée ici. Mais vous les hommes vous n'aimez pas ce qui n'est pas vous… Depuis que je suis arrivé on m'a torturée, rejetée, détestée, haï… Je ne sais pas quoi faire… Alors je me cache, mais tout le monde en a après moi tout le monde alors que tout ce que je veux c'est être accepté…

Je marque une pause alors que j'ai le cœur lourd et que je repense à Blackfire qui a tout détruit… Je ne sais même pas si Darkfire, mon frère est toujours en vie. Je déteste ma situation, j'ai envie qu'elle cesse maintenant ! Même si mon résumé est bref on comprend le plus important, je suis incapable de détailler d'avantage dans la folie de l'instant... Je soupire et là les larmes me viennent quand je me souviens du ravage de ma planète… Je déteste parler de ça et encore plus quand je risque de perdre la personne en face de moi.

En ouvrant de nouveau les yeux je m'approche et je viens contre Dean me serrant un peu sans trop pour ne pas l’écraser. Là je pleure et la tête dans son cou je commence à sangloter et à avoir la voix rouillée par la tristesse qui m'anime.

Je t'en supplie ne me laisse pas Dean ! Tu es tout ce que j'ai tout ce qui me reste… J'ai nulle part où aller… Pardonne-moi… J'ai menti parce que j'avais peur… J'avais tellement peur que tu me rejettes…

Je n'ajoute rien car j'en suis bien incapable et je me serre doucement pleurant dans son cou comme s'il allait mourir… Une infirmière qui passait dans le couloir s'en demandait ce qui se passait et elle entra.

_________________
S T A R F I R E
Kori Anders

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Big Girl Cry   Mer 9 Nov - 15:30

J’avais été un peu trop direct pour discuter avec elle. Je m’en rendais compte, mais j’avais du mal à me contrôler. Je voulais savoir le pourquoi de cet attaque. Pourquoi est-ce qu’elle se fait recherché ? Je voulais savoir le pourquoi afin de l’aider du mieux que je pouvais. Ses yeux commencèrent à se remplir de larmes. Elle avait lâché ma main et elle joua légèrement avec sa bague de fiançailles. On était fiancé et le mariage était pour dans peu de temps, nous avions convenue pour la fin de l’été. Qu’avait-elle ? Est-ce qu’elle pensait que j’allais ne pu l’aimer parce qu’elle était différente ?

Puis elle commença à me raconter sa vie, ou tout du moins un résumé mais sa voix était tremblante, remplie de tristesse. Elle me raconta qu’elle était une reine sur sa planète qui fut détruite, et que part la suite elle débarqua ici et que les hommes n’aimaient pas les choses qui n’étaient pas normales. Je hochais la tête sans vraiment rien dire. Que faire ? Tout le monde la recherche et elle peut être capturée à n’importe quel moments. La meilleure solution serait qu’elle s’enfuit loin, très loin… mais je ne pouvais pas la suivre. J’avais du mal à bouger. Plusieurs côtes cassés au moins… D’un coup elle se jeta sur moi en pleurant me serrant un peu. Je lui caressais sa chevelure rousse pour la calmer pendant qu’elle parlait qu’elle ne voulait pas me perdre et qu’elle était désolée de m’avoir menti. J’entendis des pas venir dans la pièce, une infirmière me voyant réveillé elle commença à parler :

- Je vois que vous êtes réveillés. Vous avez de la chance d’être en vie. Vous avez plusieurs côtes cassés et une commotion cérébrale. Il vous faut du repos au moins un mois entier.
- Je vois… merci beaucoup. Pourriez-vous nous laissez s’il vous plaît ?
- Bien entendu.

Une fois partie je regardais de nouveau Kori. J’étais coincé dans cet état pendant un mois entier. Je ne pouvais pas partir, il fallait qu’elle parte. Je devais la faire partir d’une manière ou d’une autre. Il fallait que j’abandonne la personne qui m’avait supporté dans mes problèmes et que j’avais aidé à découvrir le monde. Je prenais doucement la parole :

- Kori… je me fiche que tu sois humaine ou non… tu es la personne la plus gentille que je connaisse et tu es une lumière dans le phare de la nuit…

Cela n’était pas simple… Mais il le fallait, il fallait qu’elle parte. Kori devait partir et me laisser ici. Sauf que le seul moyen de le faire était de la perdre. Je devais faire un choix. La faire rester alors qu’elle courait le danger de se faire capturer en ma présence et que je pouvais faire office de monnaie d’échange ou qu’elle parte et reste en liberté. C’était un choix difficile mais je choisissais de la faire partir. Je ne voulais pas être son talon d’Achille, ni même un poids pour elle. C’était ainsi que je reprenais la parole en ayant un air sérieux :

- Mais ça ne peut plus durer entre nous…

Il y eut un blanc pendant un instant. Je gardais un air froid et sérieux, il me fallait garder cet air même si elle se mettait à pleurer encore et encore. Je devais ne pas céder, même si tout mon corps et toute mon âme souhaitait la garder avec moi. Être fort et ne pas céder. Voilà les mots d’ordres. Je reprenais la parole :

- Ce que tu m’as dit, tout ce que tu m’avais dit. Qu’est-ce qui était vrai et qu’est-ce qui était faux ? J’avais confiance en toi et toi tu m’as menti ! Est-ce qu’au moins il y avait quelque chose de vrai dans tout ce que tu as dit ?! Tu dis t’appeler Kori, mais j’imagine que ça non plus ce n’est pas ton vrai nom ! Et nous… est-ce qu’un seul de nos moment qu’on a partagé, les sentiments que tu as pour moi, est-ce qu’ils sont vrai ou tu t’es joué de moi tout du long ?!

J’avais clairement monté la voix et j’étais mauvais. Je savais qu’elle ne m’avait pas menti sur ses sentiments pour moi, mais il me fallait trouver un moyen de la faire partir et c’était la seule option que j’avais en tête. Si je lui avais dit la vérité, elle serait restée à mes côtés se fichant des conséquences. Je sentais mon coeur souffrir tant que je la voyais pas bien, mais je ne pouvais faire autrement. Il me fallait resté fort et ne pas céder.

Revenir en haut Aller en bas
Kori Anders
•☆• Folding Star •☆•


Age : 25 ~
Messages : 109
Date d'inscription : 05/11/2016
Groupe/Clan : Teen Titans
Métier : Mannequin

MessageSujet: Re: Big Girl Cry   Ven 11 Nov - 23:39

L'infirmière était là et pourtant je ne l'avais pas entendue, j'étais juste là à sangloter contre lui incapable de faire autres choses que de serrer sa casaque et de lui pleurer dessus.
Je relevai doucement la tête pour la regarder le temps d'une seconde alors que Dean venait de lui répondre. Je respirais fort, je ressemblais à un lapin en cage que sont allé chassé à cours. En voyant mes yeux verts de fond et de pupille elle s'enfuyait presque de la chambre, n'arrangeant ainsi en rien mon état de stress présent.
Je sentais que les choses m'échappaient encore une fois… Dieu sait que je déteste ça comme beaucoup… Je le regarde en essayant de reprendre mon calme gardant mais quelques larmes pour moi, me retenant comme je peux. Malgré tout je respire fort, tout en l'écoutant attentivement, les yeux dans les yeux, face à face.

Un léger sourire m'échappa alors que ce qu'il disait sur moi me faisait craquer et même fondre. Un instant oui j'y crois. Je me dis qu'il va rester avec moi et qu'à se sortit de l'hôpital dans un mois on se mariera comme on avait prévu…
Je tripote ma bague contente, heureuse, soulager de l'entendre. Alors que mon cœur, mon esprit et mon corps s'emballent j'entends ses mots qui sonnent faux. Qui siffle comme une balle tirée à mon oreille. Tout s'arrête. Le temps s'arrête je cesse de réfléchir, de penser et j’entends mon cœur craquer.


Je suis incapable de rien et le temps du silence je le regarde cherchant la vérité dans son regard… Il est dur froid je ne vois rien en lui, dans ses yeux. Puis mes larmes recouvrent ma pupille et floutent ma vision. Je tourne la tête et je me relève regardant dans le vide pleurant doucement, sentant doucement ses mots animer ma tristesse, ma colère, ma haine.
Quand tout à coup il continue je relève les yeux sur lui je le fixe respirant de plus en plus fort plus son ton montait en puissance. J'essayais mes larmes avec mon bras me laissant de petites blessures sur les bras bouillant.

Je bouillonne. C'est le cas de le dire. Mes yeux deviennent verts et ma chevelure presque rouge. Ma peau, elle devient de plus en plus ardente aussi et je fume un peu comme une machine défaillante.
Au fur et à mesure qu'il m'achève à coup de paroles venimeuses je recule pas à pas. Comme une sa nouvelle m'apparaissant comme une bombe, je vais exploser. Je le sens monter, je le sens me traverser la colonne vertébrale : le feu. Il me brûle ce feu de haine, de colère de tristesse. À la fin de ses mots, une dernière larme coule alors que mes lèvres laissent leur échapper un mot.

Non…

Je m’enflamme alors comme une sorcière sur un bûcher à Salem. L'alarme incendie se déclenche. Je ne fais de mal à personne je suis simplement en pétard pour parler crue ment.

MENTEUR!

Criais-je des larmes de sang m'échappant. J'hurle de colère et m'enfuis par la fenêtre avant que quelqu'un arrive … Il m'avait menti… il ne m'aimait pas… je l'avais vue dans ses yeux que tout ce qu'il disait était sérieux… il avait hurlé en me regardant comme un moins que rien… Triste le cœur lourd a travers le ciel je vole comme une étoile filante en flammes attirant un bon nombre de regard émerveillé se réjouissant presque sans le savoir de ma tristesse.
Où est-ce qu'on peut aller quand on est seule… Où ?

_________________
S T A R F I R E
Kori Anders

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Big Girl Cry   Sam 12 Nov - 11:03

J’étais entrain de la voir se décomposer petit à petit devant moi. Et j’étais à l’origine de ce désastre. Pourquoi faire tout cela ? Pour la protéger et faire en sorte qu’elle vive sans un boulet au pied. Je ne voulais pas qu’elle parte, au contraire, je voulais qu’elle reste avec moi, mais cela je ne pouvais le permettre. Sinon elle finirait par se faire capturer par Cadmus et elle serait entrain de subir des expérimentations pendant que je serais coincé ici sur ce lit d’hôpital. Je ne voulais pas de cela, je voulais simplement la rendre heureuse, mais aujourd’hui il me fallait faire l’impensable. Il me fallait la détruire, détruire sa raison de vivre et la faire fuir au loin.

Et ce plan marchait à la perfection, je la rendais de plus en plus instable par mes paroles mauvaises et mon regard froid. J’avais honte de moi, mais c’était ce qu’il fallait faire. Je ne pouvais pas la laisser ici, elle serait en danger. Il fallait qu’elle parte. Je voyais ses cheveux devenir enflammés, les alarmes incendies se déclenchaient, comme s’il y avait le feu, sauf que ce n’était pas le cas, c’est tout simplement Kori qui avait ses émotions qui la surplombé et qui la rendait instable sur cela. Elle me hurlait dessus en me disant Menteur. Je restais de marbre et je la voyais s’envoler par la fenêtre. Dans le ciel on aurait dit une étoile filante qui passait dans la nuit étoilée. Les infirmiers commençaient à débarquer et il remarquait l’étoile qui n’était autre que Kori dans le ciel. Je ne pouvais faire grand-chose, mise à part prononcer ces quelques mots dans un murmure de tristesse :

- Je sais que ce que je t’ai dis te fait souffrir, mais celui qui souffre le plus de nous deux c’est moi. Tu ne peux rester ici, mais je suis sûr que tu arriveras à t’en sortir. Tu es l’étoile du bonheur et de l’espoir. Si quelqu’un doit s’en sortir c’est toi Kori. Je serais toujours là pour toi…

Puis sous les gouttes d’eau de l’alarme incendie je me mis à pleurer par cette rupture non voulu mais je n’avais pas le choix…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Big Girl Cry   

Revenir en haut Aller en bas
 
Big Girl Cry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]
» [MISSION] Escort Girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of Tomorrow  :: Starling City :: Les Glades :: Glades Memoral Hospital-
Sauter vers: