Partagez | 
 

 The meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: The meeting   Mar 18 Oct - 21:58


J’avais essayé d’être gentil, de la jouer de manière soft mais malheureusement cela n’avait pas marché. Il me fallait maintenant me salir les mains. Je devais me retenir de trop en faire, j’en avais tellement économisé qu’il fallait que j’en garde pour lorsque j’affronterais Barry et maintenant Louisa qui était dans l’équipe. Je devais me retenir de faire trop d’effort cela risquait de ne pas être simple. Déjà il me faut trouver une excuse pour mon retour à Starling City ou alors je peux faire le trajet moi-même. En faisant le trajet moi-même grâce à ma vitesse je vais pouvoir m’occuper de récupérer le vrai corps de Harrison Wells et je tâcherais de l’incinérer afin qu’il n’y ait plus de preuve de mon passage.

Finalement je mettais mon costume chez moi. Cela faisait tellement de bien d’avoir de nouveau son costume sur soit. Je commençais à vérifier s’il m’allait toujours et c’était le cas. Je sentais le système à tachyon que j’avais fais du futur qui fonctionnait au ralentis. Il me fallait le changer ou tout du moins le réparer. Et pour cela j’avais besoin de pièce. J’avais tenté de contacter le White Trash et son chef mais elle ne semblait pas intéressait par mes menaces. Puis je me mis à courir à toute vitesse vers Starling City. La vitesse, le vent sur mon visage tout cela me faisait ressentir tellement bien. Je me dirigeais alors vers la zone où j’allais exprimer ma colère.

Une fois sur place je rentrais dans la pièce en passant à travers un mur, puis je commençais le carnage. Tuer ne me faisait pas plaisir, je ne voulais pas me voir comme ce Slade, mais ici c’était pour faire passer un message. Je commençais à broyer des cous, tirer des balles avec les fusils des gardes et je tuais toutes les prostituer ici présente. C’était un véritable massacre. J’avais vu où Elga devait se poser, et je pouvais voir qu’elle avait une place précise. Je commençais à mettre tout les corps autour de sa zone. Elle n’allait pas tarder à revenir elle était partie à Gotham et arriverait d’ici une heure. Je laissais tout cela en plan et avec aucun témoins, ni survivant. Je me dirigeais donc vers l’endroit où j’ai enterré le corps du vrai Wells et je le sortie de terre avant de le mettre dans un crématorium et je le brûlais. Plus de trace jusque le vrai Wells. J’avais fait en sorte de faire disparaître toute les traces et je savais que même si des gens cherchaient il ne trouverait rien. Maintenant il ne restait plus qu’à attendre le retour de Elga afin de lui parler en face à face.

Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 131
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: The meeting   Jeu 20 Oct - 18:48

Ne pas ressentir est quelque chose de difficile à vivre, la plupart du temps, mais parfois ce trait est plus qu’important pour ne pas devenir fou. Comment pourrais-je survivre dans tout ce charivari si je n’avais pas cette capacité étrange de ne rien ressentir?
De retour de Gotham, accompagné de deux gorilles, le visage froid sans émotion tenant mes propres bras avec cet air fâché et agressif au visage sans pour autant être particulièrement en colère ou fâcher, je reviens pourtant sans beaucoup de gains. Au fond c’est un problème embêtant mais je suis d’avis de dire que l’argent n’est pas le plus important, je devrais simplement m’imposer un peu plus pendant un temps au sein de Moskava. Rien d’Iratrapable.
En passant à travers la gare, je vois deux pauvres filles dans un coin. Ces deux filles je ne les ai jamais vue et pourtant je sais tout de leur présence ici. Leurs talons cheaps et tenus légèrement, non, complètement vulgaire moulant leur corps pulpeux leurs cheveux lisses, filasse me donnent la nausée.
Ce sont des prostituées. Mais pas une des miennes non sûrement pas.
Ce n'était une insulte pour moi que de voir ça. Comment aujourd’hui on pouvait autant enlaidir ce métier déjà si mal étiqueté. Grâce ou bien peut-être à cause d’elle je me souviens pourquoi je mets autant la pression à mes filles pour qu’elle ait l’air, qu’elle soit belle, vraiment belle et non de vulgaire exemple vivant d’un stéréotype.


Je m’arrête un instant et les regarde, non, les dévisage plutôt. Elles n’ont rien à faire là . Que faire? Les éliminer ou les recruter? Un instant je réfléchis et les regarde en essayant d’évaluer leur possible valeur. L’une est très grande et l’autre moyenne, elles ont la peau mate et l’une d’elles a les yeux verts et les cheveux noirs tandis que l’autre à un vieux tie and die blond et les yeux marrons. Toutes les deux ont de la potentielle. Je me frotte les doigts avant de demander à un de mes gorilles d’aller les chercher. Elles sont terrifiées mais pourtant le suivent quand même, c’est très bien elles sont déjà malléables ça facilitera leur apprentissage.
Pour l’instant je ne leur adresse pas la parole et presse le pas suivit de mon premier gorille, mon préféré, il me suit partout,, les filles et enfin mon second gorille.
Dans la voiture je somnole un peu avant d’arriver chez moi, le White Trash. En entrant, un silence de mort me fait grimacer, je sais bien que nous sommes de journée mais là ça avait quelque chose de différent, quelque chose de plus sombre.

Je circule et ne vois personne. Cela me surprend un peu. Je réfléchis quelques secondes et viens à penser que ce n’est même pas mon anniversaire ils ne peuvent pas s’être caché pour une … surprise… Je demande à mes gardes s'ils sont au courant de quelque chose. Mais non, rien. Ils ne savent rien et sont honnêtes, ils me connaissent et savent que je déteste les mensonges, même des plus minims.
Je me glisse dans l'ascenseur toujours accompagné pendant que mon second gorille conduit ces dames dans une pièce pour attendre.
D’abord je vais au dernier étage, dans mes appartements, là où personne ne va mise à par la femme de ménage, une vieille femme sourde et muette. Elle est en repos aujourd’hui ce qui explique son absence. Dehors le garde m’attend pendant que moi je me permets de prendre un peu de temps pour moi, changeant de robe et de collant. Je me permets de fumée une cigarette sur mon balcon, profitant un instant de la vue que m’offre la hauteur de mon logement.

Enfin je me décide, j’y vais, je vais dans ma pièce. La White ward, cette pièce par laquelle tout le monde passe. Je redescends toujours accompagnée et j’ouvre les portes de ma pièce favorite, trouvant là, mon pied d’étale entouré d'innombrable cadavre de beaucoup de mes filles. La pièce blanche est ainsi tâchée, souillée de sang, souillé de la couleur de la vie.Il y en a partout. Les giclures de sang sont sauvages, imparfaite.
Présentement, je ressens une sorte de choc visuel en voyant cela, puis je me demande pourquoi? et qui est la personne actrice de ce désastre. Le silence pèse tandis que je regarde dans le vide, non.
Sans peur je m’avance tout en ne quittant pas des yeux le désastre, mes talons comblent d’un bruit en écho le silence morbide. qui qu'il soit il m'attaque très clairement, cependant il ne fallait pas aller trop vite. Derrière moi mon gorille le regarde et se prépare à tirer appelant au moyen d’un petit bouton qu’il a déjà activé des renforts.
Néanmoins parmi tout ce grabuge je trouve ma place. Sur le trône et j'observe tout ça ressentant ni plaisir ni dégoût à voir cela. Je savoure simplement ma toute puissance. Je souris même presque.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The meeting   Mar 1 Nov - 21:39


Après avoir tué tout ces gens au White Trash je me dirigeais vers le lieu où se trouvait le corps du vrai Harrison Wells, et je le brûlais dans un crématorium. L’attente fut longue mais une fois que le corps fut réduit en cendres je les pris avec moi et je les dispersais dans le vent. Une fois cela fait, je retournais au White Trash, le repaire de la grande Elga. Une jeune femme qui avait une très grosse entreprise et qui pouvait m’aider à accomplir mon but ultime. Mais pour cela il me fallait l’avoir dans la poche, vu qu’elle avait refusé ma première offre, j’allais devoir lui en proposer une autre mais moins généreuse.

Avant de détruire le corps du vrai Wells, j’avais éliminé toutes ses recrues ainsi qu’une grosse partie de son business. Il y avait un véritable empire, mais cela n’était qu’un exemple de ce que je pouvais faire à toute son organisation. En contactant les bonnes personnes je pouvais en détruire encore quatre ou cinq de hangars comme cela et elle n’apprécierait pas ce genre de chose. Même en y mettant toutes les ressources je ne pourrais la faire tomber sans faire tomber mon masque. Et cela je ne pouvais le permettre. Déjà c’était un gros risque que de me montrer ainsi, mais il le fallait et j’avais déjà tout planifié.

Une fois au White Trash je commençais à remonter au niveau des lieux, et je vis que Elga était à son endroit. J’en profitais pour courir sur les murs et passer au travers en quelques secondes j’étais dans la même pièce. Un éclair rouge voilà ce qu’ils voyaient. Il restait un gorille et Elga, je m’empressais de tuer le gorille d’un poing à travers le coeur et je me mis face à la reine de ces lieux qui siégeait sur un trône au beau milieu de cadavre. Mon apparence pouvait effrayer pour ceux qui ne l’avaient jamais vu et qu’ils ne savaient pas ce que c’était, mais Elga ne semblait pas être inquiète. Surprenant. Je prenais une voix glaciale et modifiée au vu de ma vitesse :

- Elga Brand, nous nous rencontrons enfin. Je suppose que vous n’avez pas la moindre idée de qui je suis. Disons seulement que je suis celui qui vous a envoyé la lettre vous demandant une aide en échange de la sûreté de votre empire.

Mes yeux rouges et mon métabolisme me permettait de tenir le coup par ses regards aux pouvoirs obligatoires. Je résonnais à une fréquence différente et je pouvais en remercier la Speedforce pour cela ainsi que les entraînements intensif à parler et à tenir le choc face à Grood. Je reprenais la parole :

- J’ose espérer que le message est clairement passé. Aider moi ou alors votre empire finira comme tout ces cadavres autour de vous.

Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 131
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: The meeting   Jeu 3 Nov - 20:10

J’étais au milieu de ce désastre, l'admirait tout en frissonnant d’un étrange sentiment, plutôt … positif, témoignant de l’horreur de ma personne... Ce rouge sur ce blanc me paraissait si vivant ça m’en donnait des envies meurtrières inspirantes… En fermant les yeux je finis par penser que c’est moi qui ai fait tout ça … C’est un plaisir. Esquifs. Seulement en prenant du recul je sais que ce n’est pas moi qui ai fait cela et que j’aime simplement cet acte, c’est de l’art quelque part j’en suis persuadée. Puis alors que ma tête et posée sur la repose tête de mon fauteuil magnifique j’ouvre les yeux sereins cette menace violente ayant pris les traits d’une thérapie apaisante en mon sens. Tout à coup un éclair rouge me surprend un peu et me fait me redresser sur mon siège le regard attentif, cherchant ce qui ou quoi tente de m’approcher. Tout à coup devant moi apparaît un homme vêtu d’une tenue de cuir jaune englobant son crâne, m’empêchant ainsi de reconnaître le moindre visage. Je ne connais pas cet homme au regard rouge comme la peau du diable. Je le regarde et je souris très franchement comprenant que c’était lui le responsable de tout cet art.


Alors que je vais pour parler il me devance ainsi ce fait me montre quel est son principal pouvoir, la vitesse. Quand il parle je continue à sourire me détendant de nouveau dans mon fauteuil le regard plus serein tandis que je lorgne inconsciemment sur le cuir de sa tenue. Ma tenue face à lui, peut lui montrer que cet échange ne me contrarie pas particulièrement pour le moment. Et pour cause, je n’ai pour l’instant aucune mauvaise pensée à son écart parce que je ne le connais pas. Il est comme un mystère pour moi et j’adore ça. Finalement quand même je l’écoute, je comprends légèrement mieux qui il suis. L’auteur de cette lettre que j’avais reçue il y a quelque temps. Je le laisse finir ses menaces et je me lève lui tournant lassement autour comme un requin alors que j’allume nonchalamment une cigarette.

L’homme de la lettre, je vois. Je me dois de vous féliciter, je n’avais jamais autant apprécié une pièce d’art.

Évidemment je parle des cadavres autour de nous à qui j’adresse un petit regard sentimental posant ma main sur ma poitrine. Je me retourne continuant mon tour m’arrêtant en face de lui mon sourire sincèrement très franc toujours présent. Sa voix me faisait penser à celle du Green Arrow même si elle n’en avait pas vraiment le même timbre. C’est plutôt la façon de faire qui me ramène à penser à cette punaise.

J’ai presque envie de refuser encore une fois votre offre pour voir la pièce d’art final de votre oeuvre.

Évidemment je parle de la poubelle blanche du White Trash et de sa menace de le faire tomber. Je lui lance un regard amusé car vraiment, je ne veux pas qu’il y ait le moindre froid entre lui et moi. Il ne me fait pas vraiment peur simplement j’aime beaucoup sa manière de “travailler”. Je me dois de lui dire et j’en ai franchement très envie.

Je vais accepter votre offre, mais attention, par parce que j’ai peur, mais plutôt parce que vous me fascinez un peu. Vous avez su vous frayer un chemin dans mon intérêt et d’une manière des plus…

je cherchez un instant le mot et en écarquillant les yeux avec un grand sourire dentelé je finis:

Magique...

Je reprends alors une bouffée de nicotine que j’apprécie pleinement avant de la recracher avec mon sourire maintenant fermé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The meeting   Ven 4 Nov - 10:59


Une fois mes phrases terminaient, la maîtresse des lieux commença à se diriger vers moi. J’étais bien trop rapide pour elle, même si je devais éviter d’utiliser la Speedforce à tout va, j’en avais assez pour faire ce que j’avais à faire ici et à préparer la suite de mon plan. Elle me parla par rapport au fait que j’étais l’auteur de cette œuvre d’art. Je ne montrais point ma surprise et ma curiosité. Une œuvre d’art, ce massacre ? Je devais admettre que c’était quelque chose dont je ne m’attendais pas, mais je ne répondais pas pour autant. Je la laissais continuer à parler pour l’instant.

Face à moi, la main sur le coeur en ayant regardé les cadavres, elle semblait apprécier cela. Moi je trouvais cela inutile. Un massacre, voilà ce que c’était. Son visage et son regard était sincère et franc. J’allais écouter précisément ce qu’elle allait me dire. Elle m’annonçait qu’elle hésitait à refuser encore seulement pour en voir davantage. Son regard amuseur je voyais qu’elle ne voulait pas me mentir, mais je gardais toujours du recul. Ne faire confiance à personne, seulement me faire confiance. Sinon je ne serais jamais en mesure de faire ce que je dois faire. Je prenais la parole :

- Je vous promet Elga… Si vous refusez encore une fois, ça sera vous la pièce maîtresse de cette œuvre d’art. Et je tiens toujours mes promesses.

Après cela elle me parla du fait qu’elle allait accepté ma demande, non pas par peur mais par rapport au fait que je la fascine et que je suis quelque chose d’intéressant pour elle, en ayant débarqué de manière magique. Je la regardais et je passais ma main au niveau de son ventre tout en la maintenant par son coup. Ma main vibrait à l’intérieur d’elle, la souffrance était importante, mais la maintenant fermement elle ne pouvait bouger. Je commençais à dire :

- Si je le souhaite je peux vous tuer quand l’envie m’en prend, simplement en arrêtant ma main dans votre corps. Ceci est un avertissement pour si vous ne faites pas votre part. Mais je vais être généreux et vous offrir quelque chose en retour…

Je retirais ma main de son corps et la relâchais. Et je sortais de ma poche deux petites fioles une avec un liquide bleu à l’intérieur et l’autre avec un liquide rouge. Je prenais la parole :

- La fiole bleue permettra de booster la docilité de certains de vos hommes, évitant qu’ils se font tuer d’un simple coup. Cela fonctionnerait que pendant un certains temps. Pas plus de vingt-quatre heures. Mais ce n’est pas tout la rouge quand à elle permettra de vous soigner de certaines blessures graves.

Je lui tendais les fioles afin qu’elle puisse les prendre. Bien entendu ce n’était qu’une petite dose que j’avais de ma tenue et qui provenait du futur. J’avais encore une dizaine de fiole de ce genre, mais il me fallait y faire attention.

Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 131
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: The meeting   Lun 7 Nov - 0:32

Il avait l'air d'être très sérieux, plus que sérieux, peut-être même assurément trop sérieux. Mais mon cher, pourquoi cet air si sérieux ? Maintenant, avec ce ton, cet air, cette attitude, cette tenue, cette morale si sérieuse il ne semblait plus comprendre et il avait ce regard. Le genre de regard que les fous en liberté subissent sans y prêter beaucoup d'attention. Mais moi, je le vois cette façon qu'il a de me toiser, me regarder alors qu'il enchaîne en prouvant qu'effectivement il n'avait rien compris ça ce que je voulais dire. À peine j’eus terminé de lui dire que j'acceptais qu'il eût enchaîné sur sa menace sans que moi je puisse lui rétorquer quelque chose.

Effectivement je me sens étriquée et pour cause, je suis en fait pris au piège de ses bras. Le cou violemment serré est le ventre torturer. Il me torture. L'enflure. Honnêtement je n'arrive même pas à comprendre ce qu'il me fait subir tout e que j'en comprends c'est que j'ai mal j'ai l'impression que mes organes font un grand huit immobiles. Inutile de préciser que la douleur est atrocement affreuse. J'ai envie de urler, mon moi primaire veut hurler comme un val, seulement je l'en empêche on a vécu sans dire pire pareil alors on peut encore une fois se retenir de serrer les dents et fermer les yeux.
Sans hésiter c'est ce que je fais attendant qu'il me relâche pour sourire un peu.

Je me mis même à rire l'écoutant encore mais restant de bonne humeur face à lui alors qu'une envie de vomir me taraudait de loin. Cependant je ne perds pas mon charisme et ma fierté face à lui et garde le menton bien haut. Il s'était permis de me torturer pour me faire flipper mais il ne m'aurait pas tuée, oh ça non. Il a bien trop besoin de moi pour m'éliminer avant le départ de ses magouilles. Alors, oui j'ose sourire, lui montrer mes dents avec une certaine fierté. Je le laisse finir et j'allume une cigarette rapidement comme s'il s'agissait d'un médicament important qui me retiendrait du coté de la vie.
Dans un mouvement lassé je viens prendre les fioles et regarde le contenue tout en réfléchissant, je ne sais franchement pas quoi ajouter alors je le regarde et tends une main.

Passons accord dans ce cas. Cela vous va-t-il ?

Je le regarde et attends sa réponse cachant les fioles dans mon soutiens-gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The meeting   Lun 7 Nov - 11:08

Je commençais à regarder Elga, elle me tenait tête par la torture que je lui infligeais. C’était assez surprenant de la voir tenir tête ainsi. Je pensais lui faire un cadeau afin de lui montrer mon respect à cette manière de me tenir tête sans montrer de souffrance. C’était vraiment quelque chose. Voilà pourquoi je lui donnais plusieurs fiole afin qu’elle puisse s’en servir. Bien entendu elle ne pouvait pas les synthétiser car c’était une technologie venant du futur, mais je savais que ce n’était pas une trop grosse perturbation temporelle. Elga accepta les fioles et les rangea avec lassitude dans son soutien-gorge. Elle me demanda par la suite de passer l’accord. Je tendais donc la main vers elle et la serrait avant de dire :

- Tentez de me doubler et je vous tuerai sur place Elga. Je vous contacterai pour les détails.

Et je disparaissais dans un éclair rouge. Je me dirigeais de nouveau vers Central City sans trop me faire remarquer. Au bout de quelques minutes j’ai enfin pu réussir à rentrer chez moi. J’avais retiré ma tenue et je l’avais rangé dans ma bague. Je me sentais que j’avais utilisé une partie de la Speedforce, mais j’en avais encore pas mal en réserve. Il me fallait éviter de l’utiliser de trop. Je me servais à boire et je buvais tranquillement tout en regardant mon feu de cheminé. La partie allait bientôt se terminait, et j’avais tout ce que je souhaitais qui se mettait en place. Barry Allen, tu vas pouvoir faire ce dont j’ai le plus besoin de toi… Tu vas me renvoyer chez moi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The meeting   

Revenir en haut Aller en bas
 
The meeting
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Meeting with the infinity
» Meeting Macron à Lyon
» October Surprise? McCain secret meeting with Pinochet
» Haiti Tops Agenda at North American Foreign Ministers' Meeting

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of Tomorrow  :: Starling City :: Les Glades :: White Trash-
Sauter vers: