Partagez | 
 

 La saleté et le sang pour une entrevue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Slade Wilson
Admin Mercenaire
avatar

Age : 45 ans
Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: La saleté et le sang pour une entrevue   Lun 10 Oct - 23:37

Actuellement, la vague de crime à Starling City est en forte hausse, il n'est pas rare de voir les flics sur les scènes à comprendre. Ils relèvent les indices, les traces pour mettre le ou les criminels sous les verrous, mais, en général, malgré toute la volonté du monde les forces de l'ordre sont incapables de trouver les criminels. Sauf avec l'aide du Green Arrow et de son équipe, pourtant, rien ne fait, la criminalité continue de grandir et inonder les rues de Starling City. Désormais, elle est comparable à la ville de tous les vices, Gotham City possède maintenant une jumelle, presque identique.

Slade Wilson y est sans doute pour quelque chose dans ce bordel ambiant, cette odeur nauséabonde de sang, de cruauté malsaine et de perversion. Il aime le chaos et depuis son annonce pour trouver de nouveaux alliés dans son combat contre le Green Arrow, la ville regorge de démon et d'assassin en tout genre. La complaisance est lisible sur le visage du mercenaire qui savoure une petite victoire sur son ennemi. Cependant, en y regardant de plus près, l'homme d'affaire arrive à mettre la main sur plusieurs meurtres très étranges. Les indices sur les différentes scènes de crime et la façon de tuer cloche, Slade connaît cette manière de faire et n'arrive toujours pas à mettre un nom sur cette personne inconnue.

Le borgne se lance dans des recherches, parcourt ses dossiers et les données dans son ordinateur. Après plusieurs minutes à farfouiller, Slade met enfin la main sur l'inconnu. Une femme venant de Russie, une prostituée très douée dans le crime charnel. Slade aime ce genre de femme, la faculté de ses veuves noires, manipulatrices et tellement redoutable au moment de passer à l'acte. Il ferme alors son dossier en prenant un soin particulier à découvrir son endroit favori et Bingo. Il monte sur une moto sombre, enfile son casque et quitte les docks.

Le véhicule traverse la ville à vive allure, passant dans le centre-ville, traverse le quartier des affaires pour rejoindre les Glades. Ce quartier complètement détruit depuis l'attentat de Malcolm Merlyn, les rues et les bâtiments ne sont plus que ruines à part quelques bâtiments. Le borgne stoppe sa course devant une ruelle sombre, une dizaine de jeunes femmes en petite tenue circulant sur les trottoirs. Des jeunes hommes et des moins jeunes discutent avec certaines, alors qu'à l'autre bout de la rue un trafic de drogue est en court. Le borgne appuie sur un bouton et arme une bombe silencieuse cachée sous le moteur pour éviter le vol de son engin. Quoi ? Il est le propriétaire et préfère savoir son véhicule explosé plutôt que volé.

Certes, le mercenaire connaît le nom du repaire, celui de la femme qu'il recherche, mais ignore comment y pénétrer. Il se faufile dans une ruelle sombre, avant de se tenir devant un immense pâté de maison. Les mains dans les poches, il scrute la structure des maisons, comment faire pour y entrer ? Une question qu'énormément de monde ce pose. Ses hommes ont transmis les informations sans lui dire comment entrer à l'intérieur du White Trash. Il décide d'attendre dans un coin pour voir si quelqu'un sort ou entre dans le repaire.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 126
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Mer 12 Oct - 0:26

Le White Trash et son quartier, ici tout le monde vagabonde va et vient mais quand on ne sait pas où l'entrée se trouve les choses sont tout de suite plus compliquée. Au milieu de tous, l’homme à l’oeil caché cherche encore et encore quand, son occasion apparaît, deux clients habitués qui tout haut ne cache pas leur programme bien, trash. Pour entrer au WHite Trash il faut prendre un escalier menant à un souterrain caché par de petits arbustes et des barrières et grava .Plusieurs chemin, mais un seul bon. Personne ne reste dans ce souterrain et si l’on tend bien l’oreille on peut entendre la respiration des fantômes qui s’abrite ici.

De l’autre côté, se trouve l'entrée qui mène à un grand hall avec un accueil. Ici tout le monde doit et savoir et sait que Slade Wilson est celui qu’il faut bien accueillir, plus que n’importe qui. Alors quand à l'accueil, le réceptionniste le reconnaît, c’est avec politesse et sans soucis qu’il emmène le “héros” de leur chef vers son bureau.

***


Désolé… Désolé Elga … Non, Elle… Pitié...

Elle était nue, les pieds bleutés écorché de piqûre mal faites avec du produit bon marché : de la cam pour les intimes. Natalya, Natasha, Talya Oksana… J'en avais oublié son nom tellement son corps se transformait petit à petit en celui d'une goule, tellement elle était devenue pitoyable. Chauve, édenté presque intégralement, elle était le numéro 083, c'était tatoué derrière son oreille droite. Non, je ne suis pas un monstre, si je lui ai fait ça c'est pour lui montrer la réalité en face : cruelle, avide et sans pitié. Aujourd'hui tout le monde parle  d'humanité mais ce sont tous des félons, des hypocrites, des hérétiques, appelez-les a votre guise. En attendant, je suis assise mes  deux gorilles à mes extrémités , mon Lonnie étant derrière moi. La pose « royal » je la regarde froidement sans haine, sans joie ni sans aucune émotion. Que vais-je faire d'elle ?Je ne dis rien la regardant simplement pour la voir me supplier davantage, après tout, peut-être que cela déclencherait une  émotion, un ressenti, quelque chose…

Pince .

Dis-je simplement en tournant légèrement la tête vers Lonnie lui adressant un petit regard sympathique en tendant la main. Sur le côté il y avait un petit chariot rétro en métal sur lequel était posé toute sortes d'objets : seringues, pince à dents, aiguille, bol, poudre, journal, café, tasses, biscuits… etc
085 s’agitait en chouinant se reculant en se bavant dessus comme un bébé ou une vieille personne. Elle avait envie d’oser, elle ne rêvait que de ça et pourtant elle ne pouvait pas, elle n’y arrivait juste pas. Elle restait la agenouillée devant moi. La voyant ainsi je me lève après avoir pris la pince et je m’approche. Je la laisse saisir mes bien fin cure-dents qui me servent de jambes, la laissant pleurer sur ma jupe tout en lui caressant la tête avec le regard vide.

S’il vous plaît… Elle! pardonnez-moi…

Toujours rien, non rien du tout. Aucun frissons aucune réaction. Je hais ce corps qui ne ressent plus rien et pourtant je l’aime et au fond je le chéris en me complaisant à tenter en vain de lui faire ressentir quelque chose. Malade, moi ? Non. Je ne suis ni cinglée ni atteinte d’une pathologie grave, je suis juste moi: une femme “stoïque” comme Dimitri( son ancien mac)  aime dire. Je claque des doigts et sans que j’ai à rajouter quoi que ce soit les deux gorilles qui l’avait amené la ramenèrent un instant, pour la “préparer”. Ainsi dégagée de sa présence je me rassoit lourdement replaçant mon Boa en plumes avant d’observer avec lassitude la pince.

Des pas dans le couloirs me sortent de ma lassitude et  quand je me relève un peu pour voir la porte, j’espère que mon coeur sursaute. J’affiche un sourire confiant et satisfait en voyant l’homme, le maître suprême que n’importe qu’elle personne comme moi rêverait d’avoir: Slade Wilson.

Monsieur.

Dis-je avec un accent russe prononcé tout en faisant un petit mouvement de tête respectueux.


écriture droite: parole en français.
écriture italique: parole en russe.


Dernière édition par Elga Brand le Jeu 20 Oct - 0:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire
avatar

Age : 45 ans
Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Lun 17 Oct - 14:37

Le mercenaire se tenait toujours devant les immeubles à attendre. Quand deux bonshommes se glissent derrière une barrière et des buissons. Heureusement, l'oreille de Slade traînait un peu partout pour entendre et surtout trouver un moyen de pénétrer au White Trash. Il se décide alors à suivre les deux hommes, le trio s'engouffre dans une sorte de catacombes, l'odeur est puissante et le bruit fait un ramdam incroyable. Une fois doit être en court dans les locaux de la patronne russe. Le borgne souhaitait arriver au plus vite et avoir une entrevue avec cette demoiselle pour une alliance. Étendre son pouvoir sur la ville avec son aide, puisque les triades chinoises et China White ne sont plus de la partie pour le moment.

Slade Wilson passe enfin une porte épaisse derrière les deux invités de la soirée. Il débarque dans une pièce très accueillante, aux couleurs aguichantes et au parfum odorant. Une hôtesse d'accueil le salut, elle semble reconnaître le nouvel arrivant, après tout, le mercenaire connu sous le pseudonyme de Deathstroke est devenu un mythe, presque une légende urbaine. Un démon, une véritable menace pour autrui et le bien des super-héros. Peut importe au borgne, il retire son long manteau, alors qu'une jeune femme l'attrape pour le mettre sur un porte-manteau dans le vestiaire. Aussitôt, deux gorilles font leur apparition et propose au mercenaire de suivre leur pas.

La fête semblait battre son plein, les fêtards s'égosillaient, des danseuses se déhanchaient autour de bar métallique. Les hommes sifflaient et chahuter en jetant des liasses de billets verts sur l'estrade de danse. Les deux gorilles amenèrent le chef de la rébellion dans les étages en prenant un petit ascenseur. Après quelques minutes, le voilà devant une porte particulière. Slade n'y prête aucune attention, un des hommes frappe contre le battant et entre suivi de son partenaire et du mercenaire. Dans la pièce, une beauté sculpturale est assis sur une chaise, une blonde magnifique, un boa sur les épaules, les yeux tranchants comme l'acier d'une lame. Un peu plus loin, un corps tremblant et des hommes cernant la scène. Slade entre et salut le groupe d'un signe de tête et la patronne l'accueil d'un "Monsieur" autoritaire à l'accent russe.

- Bonsoir mademoiselle Brand ! Répond le mercenaire en se frottant les mains. Désolé de déranger en ce moment de joie. Dit-il en regardant la fille au sol.

Slade range ses mains au fond de ses poches, son œil pointé sur la blonde, son esprit s'égare. Cependant, il n'est pas dans cet établissement pour prendre du bon temps, nullement. Il faut établir un nouveau plan de bataille, les héros se liguent contre la criminalité et le mercenaire à besoin de partenaires puissants.
L'homme se met à faire les cent pas, tête penchée, plongé en pleine réflexion. Il doit choisir ses mots avec soin, il n'est pas dans son terrain de jeu, le White Trash est comme un piège à rat et les Russes sont connus pour être difficile.

- J'ai longuement étudié, suivi devrais-je dire ? Vos actions miss Brand. J'avoue que vos manières et votre façon de résoudre certains problème sont personnel et très intéressant. Que diriez-vous de discuter un moment ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 126
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Jeu 20 Oct - 0:18

Les chiens grognent, sentant un étranger, je ne les laisserais pas gâcher ce moment, jamais. Alors en un coup de talon au sol j'impose mon autorité qu'ils ne connaissent que trop bien et ils cessent. Mon sourire en disait long sur ma joie de le voir lui ici parmi nous, en face de moi.
Il n'avait pas évidemment son masque bicolore qui forgeait une grosse partie de la réputation de la légende qu'il est presque, seul son caché œil bêtissait son visage lui donnant un certain charme.
Un frisson me traversant un instant en lui adressant la parole je serre avec sensualité les accoudoirs de ma chaise, mon trône dirais-je même. J'avais l'impression d'être une gamine recevant un cadeau.

Depuis toujours je l'admirais lui, et aujourd'hui c'est chez moi, à ma porte qu'il est venu frapper. Que de plaisir de recevoir une visite si rare et charismatique. Moi qui ne souris plus, je me surprends tout de même à sourire autant toute en ayant cette faucheuse manie de doucement me lécher les dents supérieures.
Même si le sourire est là dans mon estomac je ne sens rien. Toujours rien. Ayant précédemment lâché ma pince à dents sur mes genoux sans faire attention l'entendre tomber par terre lors d'un mouvement me ramène à ce que j'étais en train de faire tout en l'écoutant . 083, cette sale traîtresse.
Elle ferait office de spectacle. Je me lève après avoir ramassé la pince et m'avance un peu descendant de la plate-forme sur laquelle mon « trône » est installé. Je le regarde avec un air malicieux plein d'imprévisibilité.

Je vous en prie ne vous excusez pas pour ça. Elle allait simplement m’offrir un beau spectacle. Je suis certaine que l'offrir a vous aussi lui ferait très plaisir

Sans attendre une réponse je souris et m'approche de ma victime qui pleure et saisit mes jambes en me suppliant encore en un russe incompréhensible. Je lui caresse la tête telle une mère, une déesse bienveillante et je la regarde de ma hauteur et elle de la sienne.

Ma chère ne te fais pas prier. Soit sage et fait ce que j’attends de toi. Montre nous un beau spectacle. Montre moi que tu es fidèle. Arrache les deux dernières.

Je la regarde sans cœur ni émotion et lui tend la pince à dent l'incitant vivement à la prendre alors que son visage se déforme encore plus de larmes et que sa respiration s'accélère je la regarde finalement saisir d'une main tremblotante la pince que je lui tends.
Je caresse une nouvelle fois ça tète et me recule un peu en lui demandant d'un geste de se tourner un peu pour que notre invité profite à même titre que nous du spectacle. Elle regarde la pince mais ne fait rien, alors je claque mon talon une première fois.

Un

Une seconde fois.

Deux

Sans avoir à le faire claquer une troisième j'ai suffisamment fait monter la pression pour qu'elle s'arrache la première de ses deux dernières dents. Quelque part satisfaire je la regarde encore la fixant alors qu'elle crie et ce tort de douleur.
Toujours rien, ni plaisir, ni rien. Je la laisse continuer Elle bave, saigne c'est atroce mais elle continue et c'est ce que je voulais voir. La voir s'infliger sa punition elle seule, cette traîtresse.
En un rapide geste elle finit avec ses dernières forces par arracher sa dernière dent. Celle-ci tombant par terre pas loin de l'autre. Elle avait hurlé en toussant et bavant avant de cracher du sang encore et toujours plus de sang.

Je me glisse derrière elle tel un fantôme et viens prendre son menton pour rabattre sa tête en arrière et la faire appuyée sur mon entrejambe. Elle me regarde en pleurant et je ne la quitte pas des yeux.
Sans attendre je saisis ma flasque dans ma poche, l'ouvre et lui colle l’intégralité du contenue dans la bouche, lui bouchant le nez et la bouche pour qu'elle avale.
Faiblement elle se débat et finit par avaler. Je la lâche et la laisse telle qu’elle par terre, elle se met à quatre pattes et patauge dans son propre sang. Je finis alors mon œuvre avant de m'octroyer un instant de paix avec ce chers Deathstroke.
Dans un mouvement rapide, ampli de violence je la saisis par le cou et lui plonge le nez dans la flaque de sang près des dents et lui fait lécher.

Retrahit moi, rement moi , peste sur moi encore une fois et je te fais faire bouffer par les cloportes et les rats d'égouts.

Je la lâche dans un mouvement sec, demandant à mes gorilles de récupérer les dents et ma flasque une fois qu'elle aurait léché tout le sang qu'il reste au sol. Regardant de nouveau mon invité je lui souris honnêtement et chaleureusement.

Excusez-moi de ce petit… égarement. Faites moi part, si vous le voulez bien de la raison de votre venue.

J'ai longuement étudié, suivi devrais-je dire ? Vos actions miss Brand. J'avoue que vos manières et votre façon de résoudre certains problème sont personnel et très intéressant. Que diriez-vous de discuter un moment ?


À ces paroles je me sens légèrement flattée, je m'approche tout en gardant bonne distance et tire de mes lèvres un léger sourire.

Avec plaisir Monsieur Wilson. Suivez-moi.  

D'un geste de main élégant je l'invite à me suivre, me dirigeant dans mon bureau, voisin de pièce blanche . De par la décoration du bureau et mon style on dirait que je sors d'un film des années 50's. Lui laissant prendre place sur un fauteuil face à mon bureau je prends la place opposée sortant d'un vieux distributeur à cigarette une cigarette lui en proposant un avant d'allumer la mienne, prenant une posture sérieuse et encline a la discussion.

Je suis toute à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire
avatar

Age : 45 ans
Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Ven 21 Oct - 0:38

Cette Elga Brand, patronne d'une sorte de bordel bien planqué en ville était splendide. La terreur dans les yeux de ses hommes, la pression permanente qu'elle entretient au sein de son clan, impressionne le mercenaire qui à ce moment ne cesse de regarder la scène se déroulant devant lui. La blonde pulpeuse, la diablesse russe, ce surnom raisonna dans le crâne du mercenaire. Faisait en sorte que ses employés restent fidèle en toutes circonstances, la trahison, voir le mépris n'est pas raisonnable contre mademoiselle Brand.

Le jeune femme en sang supplier toujours la maîtresse de maison, alors que la pince faisait son oeuvre sur la dentition de cette pauvre fille. Slade appréciait le moment, la torture était devenue l'un de ses passe-temps. L'image d'Oliver enchaîné dans le cargo aux abords de Lian Yu lui revint soudain à l'esprit. Mais cette fois, c'était différent, la douloureuse s'arracher les dents, pleurant de désespoir en voyant le sang et le reste de la dentition prendre une petite baignade sur le sol.

Décidément, la perversion était quelque chose d'inscrit dans les gênes d'Elga, quand elle proposa de lécher son propre sang. La jeune femme hésita avant de remédier. Incroyable, Slade ressentait comme une petite chaleur enivrante lui parcourir les entrailles. Il était tout émoustiller, comme une jeune femme lors de la première fois.

La patronne revint vers lui toute contente, elle s'assura que l'instant venait de lui plaire. Slade s'approcha lentement d'elle, son œil unique plongé dans les siens, inspectant comme le creux de son âme. Son court voyage intérieur lui plu.

- J'ai longtemps pratiqué la torture et j'avoue avoir pris un plaisir anormal en proposant mes services à certaines personnes le méritant. Mais aujourd'hui, votre façon d'agir me surpasse, sans doute que vos manières provienne de l'école Russe. J'ai pris beaucoup de plaisir à vous voir agir, bien que j'éprouve une petite pitié pour cette fille. Enfin, elle le mérite je suppose.

Après ces quelques mots, la patronne décide de mener le mercenaire vers son bureau, l'intérieur ressemblait aux années 50, une époque depuis longtemps oublié. Slade se sentait toute chose à l'intérieur, lui qui avait l'habitude de vivre dans un entrepôt sur les docks. Slade s'installe sur un fauteuil, quand Elga lui propose une cigarette, que Slade refuse amicalement. La diablesse russe reprit un air sérieux et Slade annonça le but de sa venue.

- Comme vous devez le savoir, je suis quelqu'un de rechercher en ce moment. Toute la ville me court après pour mes précédentes actions. Mon attaque sur l'archer vert fait de moi une cible, depuis je prends les meilleures dispositions pour me faire discret et agir rapidement.

Sans tourner autour du pot plus longtemps, Slade reprend.

- Depuis des semaines je monte une équipe pour prendre le contrôle de la ville. J'ai monté plusieurs dossiers sur des personnes différentes en relevant le maximum d'informations sur leurs agissements. Heureusement pour moi, vous êtes l'unes de mes favorites sur la longue liste. Je viens donc vous proposer une alliance, voir d'aider à agrandir votre entreprise et faire de vous une femme encore plus forte et terrifiante que maintenant.

Une fois finie, Slade attrape une cigarette et la grille pour en tirer une longue bouffée.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 126
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Dim 23 Oct - 21:52

Même si cette fille n'était qu'une salle petite conne stupide qui m'avait trahi elle avait été bonne je dois l'avouer, même si c'est moi qui l'ai incitée elle a mis du théâtre dans ce qu'elle fait. C'est ça que j'aime chez elle. C'est ça qui l'a sauvée de la mort violente que n'importe qui d'autre à sa place aurait récolté. Du coin de l’œil je regarde si comme une chienne qu'elle et elle lèche son propre sang. Assidûment elle lape le sol avec sa petite langue rose. Je dois avouer aimer voir cela. Seulement, je suis la seule à savoir me faire sentir ou ressentir quelque chose… Ses mots sonnent comme un compliment à mon oreille et j'apprécie alors par évidence je lui sourient un peu pour répondre à son regard que moi aussi je ne quitte pas.

Vous n'êtes trop bon que d'avoir pitié de cette vile raclure. Elle a essayé de faire foirer contrat très important et tuer meilleure gagneuse. Parfois certaines chiennes ont besoin d'être rappelée à l'ordre.

J'étais si contente d'avoir pu montrer un de mes talents à ce cher Deathstroke et son compliment me touchait bien un peu au moins il fallait l'avouer ce qui était admirable et rare.
Une fois installé je respecte son choix de ne pas vouloir fumer ne me gênant pas pour fumer la mienne de cigarette. Je lui offre mon écoute la plus active et sors une bouteille de vodka et deux shooter de mon tiroir, kitsch mais classique. Après tout je suis Russe et il fait toujours froid au White Trash ce qui me donne en quelque sorte l'impression d'être à la maison et de me réchauffer avec la boisson. Sans me faire prier je remplis les deux répliques miniatures de verre d'un geste élégant en balançant ma tête sur le côté pour regarder ce que je fais.

Je le fixe de nouveau balançant ma tête en avant cette fois-ci pour lui montrer que je l'écoutais bien attentivement tout en le laissant finir.
Un sourire satisfait s'afficha sur mon visage alors qu'il me proposait une alliance. J’appréciais terriblement l'offre qui me fit frémir légèrement tandis que je mettais près de lui le shooter.
Je finis ma cigarette que je viens écraser dans mon cendrier déjà pas mal rempli et je me saisis du petit verre faisant tourner le liquide à l'intérieur tout en l’observant tournoyer.
« Ton cœur est aussi transparent et fort que la vodka. »
C'est quelque chose que mon boss me disait souvent et c'est ce qui lui plaisait, apparemment il n'était pas le seul auquel cela plaisait.

Ce Robin des bois modernes est en effet une salle petite plaie…

Je me plais à lui sourire en le regardant tout en faisant durer un peu le suspens, réfléchissant concrètement à cette alliance. De temps à autre je regarde mon verre et surtout sa contenue respirant lentement alors que je me plais à lui trouver une certaine sensualité à fumer de la sorte. Ça me fait même sourire et alors que je m'apprête à parler mon gorille préféré entre, un grand homme noir très imposant. Il tient dans un shooté les dents de mon obligé et ma flasque de nouveau pleine. Je le remercie et lui permet de partir regardant une seconde les dents de ma victime.

Magnifique n'est-il pas ?

Dis-je en parlant des dents avec un léger sourire. Sans forcément attendre de réponse je repose le shooter pour prendre celui plein de liquide de vie et je regarde Slade dans les yeux sérieuse, impitoyable.

J'accepte votre offre. Le White Trash est votre maison et tous mes serviteurs vos obligés.

Je souris et lève mon verre pour trinquer et symboliser un peu la création de cette alliance avant de boire d'une traite la contenue, celui-ci me brûlant impitoyablement la gorge. Alors que je souris de cette alliance je saisis ma poupée russe me ressemblant posé derrière moi et je l'ouvre, laissant les deux dents dans une des dernières poupées déjà pleines de dents. En la refermant je regarde Slade lui souriant.

Où est votre beau masque ? Qu'est-ce qu'il représente pour vous ?

Si elle demandait cela c'est parce qu'elle savait que c'était son symbole à lui et qu'elle venait de lui montrer le sien subliminalement. Je voulais par la suite lui faire savoir que je serais fière de porter ses valeurs, ses couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire
avatar

Age : 45 ans
Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Dim 30 Oct - 1:21

L'étude d'une situation peut souvent permettre à l'homme le plus con de se sortir de toutes situations pouvant nuire à sa vie. Slade n'avait que faire de ce genre de dicton, cette façon de penser et pour les faibles. Le mercenaire ne cherche jamais à fuir un combat, il prélève, inspecte, s'infiltre bruyamment pour au final avoir tout ce qu'il souhaite obtenir. Mais, la compagnie de cette diablesse russe lui faisait perdre tous ses moyens, enfin il a ce sentiment étrange en ce moment, une chose lui sert l'estomac, tord ses boyaux, fait battre son cœur aussi vite, comme s'il allait serrer comme une mobylette qui chauffe trop sur une longue distance.

Alors qu'il tire de longue bouffée sur la clope qui se consume toute seule au bout de ses doigts, il boit les paroles de la patronne. Ses hommes font tout le travail autour d'elle et la pauvre gonzesse au sol continue de lécher son propre sang pour faire place nette. Rapidement, Elga revient sur les paroles de Slade envers Oliver, elle réagit comme son homologue, parfait, Slade aurait presque le sourire jusqu'aux oreilles.

Le mercenaire éteint la cigarette sur le bord du bureau, quand la diablesse russe décide de rejoindre son groupe. Une alliée de plus dans ses rangs, le borgne est ravi une nouvelle fois, il pensait que cela plus difficile et pourtant. Elle remet les dents de la bougresse dans une flasque, quand elle pose la question du masque. Désormais la réputation du mercenaire bouché fait le tour du monde. Slade se lève, fourre ses mains dans les poches de son pantalon avant de reprendre.

- Ce masque est représentatif de mon apparence. Le coin noir représente mon œil manquant, le coin inexistant de mon visage. L'autre vous le devinerez par vous même.

Slade voit un homme chétif au fond de la pièce, un mec presque chauve, les mains dans le dos, lunettes de soleil sur le nez. Une barbe naissante s'inscrit sur son faciès. Le mercenaire l'inspecte de son unique œil et l'attrape par la nuque, prit d'une soudaine lubie. Il soulève, le garde du sol à une dizaine de mètre et se retourne d'un quart vers Elga.

- Le reste de mon costume vient de mon apprentissage. J'étais un soldat au sein de l'armée. On a fait de moi une arme, un homme entraîné et capable d'agir sur tous types de terrains.

Un léger sourire en coin, il tord la nuque du garde, comme un cure-dent. Le craquement de ses cervicales se fait entendre dans toute la pièce. Il relâche la pression et l'homme s'écroule sans vie. Il fait demi-tour et rejoint son siège.

- Il était comme cette fille. Il trahissait votre groupe en revendant des informations sur votre compte. Non seulement aux flics du coin, mais à moi également.

Slade révéla une information importante à Elga, il souhaite que ceci n'entrave nullement son futur plan d'action et l'alliance possible entre ces deux personnages très différents. Le mercenaire s'assura d'une chose en lui offrant les services d'un nouvel homme de main.

- Je remplacerai votre perde madame. Avant de poursuivre et détendre notre discussion, je souhaite en apprendre un peu plus sur vos plans. En échange je vous ferais part des miens.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 126
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Lun 31 Oct - 0:17

L'instant est paisible et calme dans cette pièce embrumé de fumée comme les mers du japon. Sa cigarette pourtant il l'éteint dans un geste nonchalant sur mon bureau, ce geste a quelque chose de libertaire à l'encontre des premiers principes de politesse et ça me plaisait beaucoup et me faisait doucement frissonner et sourire.
Tandis qu'elle se lève elle avale la vodka qui lui brûle avec un plaisir presque sensuel la gorge.
Elle ne le quitte pas des yeux et boit à son tour ses paroles voyant la conversation se détendre. C'est appréciable, mais elle ne se rend pas compte, pas encore, de l'erreur qu'elle a faite.
Je repose alors ma poupée Russe plaine de dents sur l'étagère derrière moi, la poupée dominant le petit bureau élégant et pour cause, elle me représentait.
Et je dominais cet endroit. Je dois admettre être friande de symboles.

Alors qu'il est debout, en posture de puissance je l'écoute attentivement m'expliquer son symbole : cet orange et ce noir vivifiant marquant son visage à chacun de ses méfaits.
J'aime ce symbole. Vraiment et alors que je m'apprête à lui répondre quelque chose, je le vois saisir l'un de mes hommes par la gorge. À cet instant je fronce les sourcils et laisse mon sourire s'évanouir. Je le regarde et me tais le laissant finir de parler. Je regarde ce pauvre homme que Slade se plaît à étouffer à petit feu.
Mes gorilles s'agitent mais en levant ma main il s'arrête et la laisse faire. J'en apprends plus sur lui, sur ce qu'il est vraiment, c'est très intéressant mais ce geste violent et si gratuit .

En entendant son cou se rompre je le regarde et frissonne un peu en ayant réussi de ne pas être surprise. Mon visage reste glacial et je me recule un peu le regardant le menton levé et les sourcils froncés. De sang-froid et pour rien il aurait tué cet homme. Pour m'impressionner . Je n'en sais franchement rien et là j'avoue chercher à comprendre son comportement. Même si cette nonchalance à un côté sexy, je suis perplexe et je me dis que peut-être j'ai fait un choix trop rapide ou bien une erreur peut-être.

Puis, alors qu'il explique, je perds toute expression et mon visage pâlit. Il ne me faut que quelques secondes pour comprendre. Ces mots sont clairs et raisonnent en moi comme les notes tremblante et percutante d'un gong.
Il m'a dupé et même si maintenant il s'est rattrapé en tuant cet homme pour le remplacer, le patron ne l'entendra pas de cette oreille. Si cette infiltré a pu entrer d'autres aussi pour lui et il ne me le pardonnera pas. Du moins il va me faire un rappel à l'ordre, et rien que d'y penser mes cicatrices et ma marque au fer rouge me relance de douleur. Je ferme les yeux un instant et fronce les sourcils peinant à accepter de me retrouver de nouveau derrière le fouet après tout ce que j'avais fait…

Sans pitié je le fixais et me levai pour être à même hauteur que lui. Je ne savais ni quoi faire ni quoi dire, tout ce que je voulais c'était ne plus jamais avoir à souffrir physiquement pour cette mafia... PLUS JAMAIS. Je griffe mon bureau en me levant et tape du poing très fort peut je me retourne et m'adresse à mes gorilles, à mon gorille le plus fidèle.

Fait interroger tous le nouveau personnel, test les encore une fois ! MAINTENANT !

Je regarde de nouveau Slade fièrement, essayant de ne pas perdre la face mais surtout de ne pas trop lui montrer ce qu’indirectement il venait de m'infliger. Je reste debout et affiche un sourire un peu plus hypocrite. Ce qu'il a fait me rend folle de rage. Pas seulement contre lui mais aussi contre moi. Je respire lentement avant de me diriger dans un coin de la pièce où un vieux tourne disque est inactif. Alors je saisis un vinyle et le mets en place pour imbiber la pièce d'une musique douce aux airs rétro pour calmer mon humeur mais surtout rendre la chose peut-être plus intéressante. Je me tourne vers lui les fesses sur le rebord de la tourne disque un grand sourire sur les lèvres.

Effectivement. Faisons-cela. Mais prenez bien en compte que maintenant je dois pouvoir vous faire confiance.

Je marque une pause et le regarde très sérieuse. Alors je suis toujours légèrement piquée de savoir ce qui m'attend très prochainement… Finalement je m'adresse a lui prudemment.

J'ai eu plusieurs offre pour tuer le Green Arrow. Mais je n'en ai encore acceptée aucune. Pour faire monter prix évidemment.  

Après mon repère est caché et je pensais changer le locaux et piéger l'archer ici. Je déteste ce gamin qui se croit chez lui juste parce que papa maman être riche.
Néanmoins  pour l'instant j'attendais une alliance pour étendre mon pouvoir…


Elle lui fait un petit clin d’œil sans vraiment s'en rendre compte

Mais avoir la tête du Green Arrow aiderait pas mal a faire respecter la loi. Notre loi.


Face à lui je baisse un peu les yeux car je peine à le regarder, à ne pas le détester et lui cracher toute ma haine a la figure. Je n'ai pas envie d'être à se moment fatidique ou toute mes plaies physiques vont se ré ouvrir. Tout mon dos me brûle me rappelle à quel point j'ai eu mal. Tout mes vieux maux se réveille. Pourtant je reste la devant lui et je lui fait face du mieux que je peux, le visage dure et froid, de glace.
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire
avatar

Age : 45 ans
Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Jeu 3 Nov - 1:00

Suite à son action, Slade arrive à ressentir comme une certaine pression peser tout autour de lui. Il a manipuler le garde du corps pour avoir des informations, foutre la merde, pour ensuite lui briser la nuque. Il n'a aucunes pitiés, les émotions ne sont plus les seules choses qui le guide depuis un moment. Même le souvenir de Shado semble lui échapper, la croisade contre Oliver n'est qu'un bassesse pour assouvir un besoin meurtrier.

Après l'annonce du borgne, la patronne du White Trash est furax et donne ses ordres à son groupe. Celui de questionner tout le personnel et de la tenir au courant. Heureusement pour elle, le pauvre homme était le seul, en tout cas sous la tutelle de Slade. Un léger sourire se dessina sur son visage, il était ravi. Une telle poigne chez une femme est un atout pour gravir les échelons de la pègre, de la haute hiérarchie criminalistique. Un jour, Elga Brand aura un nom porteur, une femme puissante et crainte de tout le monde. L'ARGUS possédera un dossier sur elle, comme pour Slade. Mais le but de la réunion reste avant tout une alliance, un compromis pour prendre le contrôle de la ville et soumettre l'archer vert et ses compères dans l'affrontement final.

Elga met de la musique pour se détendre, son corps longiligne plein de grasse est comme flottant dans l'air. Ses longs cheveux glisse sur son dos. Son corps, tout en elle reflète le désir et la puissance du charme russe. Slade la dévisage, regarde ses courbes. Elle se pose sur le bord du tourne disque, un sourire faux sur le visage. La crispation et à peine visible et Slade le remarque. Son action la perturbe beaucoup. Il décide de quitter son siège et de passer derrière le bureau.

- Nous nous connaissons depuis peu et je vois déjà qu'une force émane de vous. J'ignore votre histoire, votre passée et pourtant, l'intrigue autour de vous me plaît beaucoup. Les informations que j'ai pu recueillir jusqu'à maintenant son récente, vos actions en ville et avant votre arrivé. Mais rien de vos jeunes années.

Il cherche à rassuré la jeune femme, sa beauté ne doit pas être déformé à cause de la colère. Slade s'en voudra pour ça. Elga revient alors sur le cas Oliver Queen. D'un signe du doigt Slade fait non et approche lentement de la patronne.

- Pour l'instant laissons notre ennemi en dehors de tout ça. Faisons un peu plus connaissance pour établir un lien de confiance, voulez-vous ? J'avoue que mon action à put vous surprendre, mais je n'aime pas tellement les langues de vipères.

Slade fait les cents pas, tendant l'oreille pour écouter la musique qui crépite à l'aide du tourne disque. Il pense, se relâche, il ne sait pas pourquoi, mais le lieu le calme, le rend paisible, il revient presque à ses jeunes années dans les plaines australiennes en compagnie de Billy, Darren, Emily, Catlyn. Une bande d'amis qui fait la fête dans l'insouciance de la jeunesse. Avant que la musique ne se termine, il se dresse devant Elga, son œil unique dans ceux de la jeune femme. Il inspecte chacun de ses traits. Avec une main, il caresse doucement la sa joue, un léger frisson parcourt sa nuque. Il n'avait pas ressenti ce genre de choses depuis très longtemps.

- Excusez-moi ! Dit-il avant de retourner vers son siège derrière le bureau.

Une envie étrange circule en lui, la fougue, le désir, chaque émotion du plaisir charnel. Il ne peut pas s'absoudre de ce genre de choses, il a autre chose à faire. Il veut reprendre le contrôle et pourtant, son désir et plus fort. Slade se relève, avance vers Elga et l'embrasse sans prévenir.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 126
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Ven 4 Nov - 10:50

Nous sommes seuls maintenant, c’est dangereux mais en même j’aime croire que non, eh puis certaines réunions se doivent parfois d’être très privée… Je regarde toujours le sol fumant doucement une nouvelle cigarette la main sur le ventre le cœur serré. je l’écoute me parler et je sens qu’il veut me rassurer. Étrange mais louable. J’apprécie. Alors que je n’ai pas fini de lui parler de mes plans il me coupe et là je le regarde froidement le regard sérieux haineux.
M’appuyant avec ma main contre la tourne disque-je relève la tête. Je veux être fière alors que toutes ses paroles et ses gestes me ramènent à mon passé, la douleur. Pourquoi fait-il cela? Je sais qu’il ne sait pas. Mais peut-être veut-il vraiment me connaitre. À peine je me pose la question que je me rend compte de son ironie…
Personne ne s’intéresse à mon histoire à ce que je ressens puisque ma force c’est d’être intouchable, insensible. Il n’y a qu’une personne à qui j’ai confié toutes ses horreurs à caractère privé… Je dois avouer qu’il me perturbe, son attitude est des plus agitées et des plus respectueuse presque “gentille” …


Le passé est passé il n’a que trop peu d’importance non .

Je pose la question mais c’est pour lui signifier ce que j’en pense, je n’ai pas vraiment envie de parler du passé, déjà que celui-ci me brûle et me griffe de par mes cicatrices par peur d’une nouvelle purge.
Je déteste ma purge et en même temps je lui dois tout. Je ferme les yeux en fronçant les sourcils, je sens qu’il assura qu’il veut savoir alors qu’il s’excuse de son geste. Je dois me reprendre.
Maintenant! Il m’a choisi moi, je ne peux pas lui faire honte, paraître faible maintenant je n’est pas le droit..Non. Comme à chaque fois, mais là c’est étrangement difficile parce que quelque chose m’attire. Je sens dans ses excuses une sincérité certaine alors j’ouvre les yeux et je le regarde sérieuse, impétueuse.

Si ton combat se lit sur ton visage, le mien se lit sur mon corps.

Je m'apprête à lui faire le cadeau. Parce que depuis le début j’en ai envie même si je ne l’avoue pas. Je le veux lui et toute sa confiance alors évidemment, ce moment devait arriver.
Je ne sais pourquoi mais c’est lui que j’ai choisi, tout comme lui m’a choisi. Je respire un peu tenant toujours ma cigarette alors que d’un geste élégant je détache ma fine robe ayant quitté ma fourrure en entrant dans le bureau. Je suis nue face à lui.
Et il peut enfin voir, lire mon passé.
Toutes ses cicatrices fines, mais présente sont les séquelles de mon passé. Il voit la cicatrice en forme de cœur que j’ai du bas-ventre au sexe et encore le pire n’est pas là, le pire est derrière dans mon dos mais au moment où je vais pour me tourner il arrive et sans prévenir m’offre ou m’impose un baiser je ne sais pas.

Tout ce que je sais c’est que ce geste me surprend un peu me flatte mais me blesse également… Je le laisse un peu durer le temps que je réfléchisse pour réagir parce que là. Il me fout sur le cul. Deathstroke me faire ça naturellement à moi . Serait-il amoureux?
Foutaise selon moi… Je n’arrive plus à avoir ce genre d’espoir si facilement. Effectivement, je le veux, je l’aime je crois même pour ne pas l’avoir égorgé après qu’il m'ait sans le savoir blessé.
Mais ce geste me fait peur, me blesse. Pourquoi ? Parce que là j’ai l’impression d’être sa chose… Certes je veux être sienne mais pas en tant que telle… Une chose un objet …
Ayant finalement compris ou du moins interprété je l’attrape par le cou et serre un peu pour le faire reculer. Une fois reculé je ne le lâche pas. De toute façon je n’ai que peut de force physique il faut l’avouer il ne doit pas sentir plus que ça que je serre un peu ou du moins que je tente de serrer. Je le regarde l’air un peu désabusé et en légère “colère”. Je le fixe et veux bien poser les choses.

Je. Ne suis pas. Un objet. Ou ta chose.

Je pose mes mots pour leur donner un certain impact et je le fixe espérant que tout cela va prendre du sens.Les mots ont été difficile à sortir, arracher du fond de ma gorge.
Ma voix est pour une fois animée par l'émotion.
J'ai pas envie de le lâcher, parce que j'ai peur qu'il file quelque part... Je veux qu'il reste, mais je ne sais pas. Je suis perdu dans le péché.
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire
avatar

Age : 45 ans
Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Sam 5 Nov - 1:14

Le baiser volé de Slave raviva une lueur depuis longtemps perdu au plus profond de son âme. Il ne sait pas encore comment, pourquoi ? Une sensation de bien être s'empare de lui, son environnement change et le laisse pantois. Lui, le mercenaire sans cœur, incapable de ressentir la moindre émotion, faire couler le sang et plus simple pour Slade que d'avouer de vrai sentiment. Cependant, après quelques secondes ressemblant plus à des minutes, le borgne s'écarta.

La russe lui avait fait preuve d'un lourd secret, en dévoilant ce corps meurtri. Plusieurs cicatrices dessinaient sur son corps, les affres d'une souffrance extrême provenant du passé. A ce moment, Slade compris pourquoi, il ressentait ce genre de sentiments envers la patronne du White Trash. La souffrance qu'il a vécu par le passé n'est pas comparable, la sienne est bien plus grande. Un œil perdu, la mort de Shado ne sont que des broutilles face à l'acharnement de certains hommes, capables de dérouiller une jeune femme pour en faire un symbole de leur puissance.

Elga semble perturbé par l'action irréfléchi du mercenaire. L'homme n'a pas cette habitude hautaine envers les femmes, il ne force jamais les choses. Son action le choque même, pourquoi ? Il réfléchit trop, quand la jeune femme d'une main douce et ferme lui enserre le coup. Malgré la force qu'elle utilise, Slade ne ressent rien, le Mirakuru lui donnant une force presque surhumaine fait toujours son office. La diablesse russe, s'assure qu'il comprenne, elle n'est plus un jouet, pour personne.

- Cette idée n'a même pas traversé mes pensées miss Brand.

Slade lui attrape l'avant-bras, à hauteur du poignet pour qu'elle relâche un peu la pression. Son œil unique brille d'une lueur de compassion, se mêlant à une passion étrange. Elle doit comprendre son geste, bien que lui-même ignore encore. Il se décale pour inspecter une nouvelle fois ce corps cicatrisé, les plaies accompagnent l'élancement de ses courbes, la poitrine pointe librement vers Slade. L'homme n'ose plus avancer vers la jeune femme.

- Je comprends votre réaction envers mon geste. Le monde connaît mes actions, mes crimes, vous devez également en avoir eu vent. Je suis un homme redouté part le monde.

Slade fait le tour d'Elga en lâchant son bras et va récupérer la fourrure étalé au sol pour venir la remettre sur les épaules de la jeune femme. Un léger sourire sur le visage, il reprend.

- Votre passé a été douloureux à n'en pas douter. Mais, je ne suis pas l'un de vos tortionnaires malgré ce que l'on raconte de moi. J'ai simplement eu envie d’effleurer vos lèvres, je n'ai pu résister à vos attirances, à votre beauté.

L'homme attrape la main de la patronne et lui dépose un baiser. Le sourire toujours accroché à son visage, il lui susurre à l'oreille quelques mots.

" Excusez-moi encore une fois de mon geste. Nous parlerons de notre alliance un autre moment "

Ses mots servent avant tout à rassurer la jeune femme. Le mercenaire ressent se sentiment de protection, il veut la protéger. Faire d'elle une femme encore plus forte. Il reboutonne sa veste avec le dernier bouton et décide de quitter la pièce. La main sur la poignet, Slade marque une pause, à la recherche d'une dernière chose à dire.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 126
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Mar 8 Nov - 12:32

Ces putains de blessures, oh oui elle me faisait mal, elle se ré-ouvrait même parfois au travers de mon imagination dans mon sommeil me faisant hurler à travers ma piaule, à travers ma solitude. Qu'il voit ces cicatrices me fait du bien quelque part.
Parce que jusqu’à aujourd'hui personne à par mon fier patron ne les avait vues. Jusqu'à maintenant je n'ai permis à personne de comprendre mon comportement, de voir qui je suis pour me plaindre sans que le demande.
Je vois dans son regard que ça ne le dégoûte pas, au contraire même presque. Ce regard à une attention particulière et ça me fait plutôt plaisir, j'aime ce regard presque admiratif qu'il me porte alors je me dévoile un peu en arrêtant de froncer les sourcils.

Quant au baiser, sa réponse me laisse espérer et doucement je le lâche tandis qu'il accompagne mon geste de par mon poignet qu'il tient avec une douceur sans fin qui est la preuve ultime qu'il n'avait rien sentit et pas nécessairement rien compris au sens de ce geste. Il était perspicace et m'ouvrait là doucement son cœur.
Parce que oui il en a un. Je suis aussi surprise que n'importe qui pourrait le connaître un au minimum. En quelques secondes nous nous sommes confié un bon tas de choses. Du moins je lui ai confié un bon tas de choses par de simples gestes et il a compris.

Il reste terriblement respectueux et j'en tombe intérieurement des nues tellement jamais personnes telles que lui ne m'avait montré autant de respect.
Peut-être aussi parce qu'il est la seule personne qui connaît jusqu'au bout mes secrets en les comprenant et empatissant presque pour moi pour ne pas dire complètement.
Je reste là à le regarder dans les yeux l'ayant maintenant lâché. Je me sens faible, non plutôt vulnérable. Étrangement ce sentiment s'en va bien vite, au moins aussi vite qu'il est apparu. Je t'écoute simplement en te regardant, tantôt toi tantôt le sol sur lequel ma fourrure est étalée tel un cadavre d'animal mort tué par balles.

Ses mots me touchent, me font frémir, frissonner, et ressentir. Oui ressentir, enfin. Je sors de cette prison de chair dans laquelle je m'étais enfermé si longtemps. Tout ça tout ce qu'il dit tous ces mots ne peut être dit à la légère, je le sais. Je connais les hommes par cœur et quand l'un d'eux dévoile ainsi ses sentiments, d'autant plus s'il est de nature froide, c'est qu'il est plus que sincère.
Mon cœur se serre encore et je peine de plus en plus à respirer le regardant dans les yeux alors qu'il vient doucement poser sur mes épaules la fourrure.
D'un geste doux j'effleure de mes doigts ses mains qui se pose sur mes épaules suivant ses mouvements en tournant la tête sur le côté pour l'apercevoir.

Mes yeux le suivent toujours et je reste silencieuse, rougissant en me laissant courber les sourcils quand il embrasse tel un gentleman ma main d'écorchée. Ce petit geste fait péter la dernière couche de porcelaine qui enveloppait jusqu'à maintenant mon cœur. Quand j’entends ses excuses je relève mon regard qui avait fui à son précédent geste. Mon visage se précipite dans un air triste en voyant qu'il se dirige vers la sortie. Le voyant s'arrêter une seconde elle n'attend pas plus et s'avance doucement.

Non ! Ne t'en va pas. Pas maintenant.
Tu viens de péter mon cœur de porcelaine en pierre, alors si tout ce que tu dis est vrai.
Prouve-le-moi…


D'un geste je laisse de nouveau tomber ma fourrure mais cette fois sur un fauteuil. Je m'avance vers lui jusqu'à ce qu'il se retourne et je le regarde dans les yeux ou plutôt l’œil, enfin je regarde ses lèvres. Ma nudité exprime mon envie et finis de véhiculer mes propos. D'une main douce je viens caresser ses lèvres me regardant exécuter mon geste d'une lenteur agréable.
De mon autre main je viens doucement caresser son cou et une dernière fois je le regarde dans l’œil, l'air sérieuse, touchée et déterminée. Doucement je me mets dos à la porte et enfin je suis entre lui et cette porte qui nous aurait injustement séparés bien trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire
avatar

Age : 45 ans
Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Mer 9 Nov - 23:43

La main sur la poignée de cette foutue porte, le mercenaire cherchait une dernière chose à dire. Il la tenait fermement, il aurait même détruit la poignée s'il ne contrôlait pas sa force. Le borgne ne voulait plus quitter cette pièce, Elga avait comme une emprise sur lui, Slade combattait son envie, l'engouement qu'il éprouve à ce moment pour le corps de la jeune femme. Malgré ses cicatrices, les traces de son passé douloureux, notre mercenaire ressentait comme une pression au cœur, un poids si lourd qu'il pourrait le foutre à genou et lui bloquer le chemin. Pourquoi ? Son cerveau fait des pirouettes, serais-ce des émotions ? Un sentiment étrange ? L'amour ? Le désir ? A ce moment, Slade n'était même plus capable de mettre des mots dessus.

Son hésitation est trop longue, Elga prend alors les devants. Elle lui demande de ne pas partir aussi vite. Slade détourne son regard de la porte et voie la jeune femme approcher vers lui alors quelle abandonne une fois encore sa fourrure sur un fauteuil à proximité. Le cœur du mercenaire s'emballe, Elga coince la porte à l'aide de son dos et commence à caresser le visage de Slade. Elle souhaite qu'il lui prouve. Le mercenaire hésite, quand la main de la russe lui passe dans le coup, un frisson s'empare de sa nuque. Prouver quoi ? Slade hésite encore. Il veut lui montrer qu'il n'est pas un bourreau, un homme qui se jour des femmes pour assouvir ses besoins, pour ensuite les foutes à la poubelle.

Il ne serait dire pourquoi, mais sa main caresse alors les cheveux blonds d'Elga, entremêlent ses doigts. Son unique œil planter sur le visage éblouissant de la patronne. Il souhaite lui dire quelques mots.

- Nombreux sont mes ennemis, ma chère. Pourtant, peu de gens connaissent cette facette de ma personnalité. Moins même à vrai dire. Je n'ai pas ressenti ça depuis très longtemps et j'ignore pourquoi cette sensation me revient en votre compagnie. Mais, j'avoue trouver ça agréable et pour répondre, je n'ai pas besoin de vous prouver quoique ce soit concernant mon choix de tout à l'heure. Celui de vous embrasser.

Le premier baiser date de plusieurs minutes déjà et pourtant l'image revient en boucle en souvenir. La main toujours dans ses cheveux, Slade caresse le dos de la russe, délicatement, l'index passant sur les cicatrices de son passé. Toutes ses marques, ne laissent que peu de place à une peau pourtant si douce. Délicatement, il plaque la jeune femme contre la forte, son torse contre sa poitrine et l'embrasse. Il y met tous ses sentiments actuels, tout en mélangeant une tendresse inconnue chez Slade.

Ses lèvres se frottent contre celle d'Elga, il l'enlace si fort, ses muscles saillant l'agrippe et la soulève du sol. Il fait demi-tour et va s'installer sur le fauteuil où se trouve la fourrure. Elga sur ses jambes, ses mains continuent de descendre et de suivre les courbes de la jeune femme. Il marque une pause avant de lui dire au creux de l'oreille.

" Plus personne ne lèvera la main sur toi. "

Slade voulait la faire sienne et la protéger devient désormais son principal objectif. Il embrasse une nouvelle fois Elga, y mettant plus de fougue, il passa un doigt sur la poitrine de la patronne sentant son téton durcir. Avant de descendre lentement, effleurant sa peau. La passion venait de prendre le dessus sur le mercenaire, il en oubliait son environnement pour s'abandonner aux bras de la diablesse russe.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Elga Brand
ADMIN
avatar

Age : 30
Messages : 126
Date d'inscription : 13/09/2016
Groupe/Clan : Slade addict
Métier : Péripatéticienne Impératrice du crime

MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   Dim 13 Nov - 16:01

Je suis déterminé qu'avec moi il reste encore. Il ne pouvait pas, il n'avait pas le droit de partir, pas comme ça. Comme un voleur s'étant emparé de mon cœur. Je redoute ça presque plus que la mort. Qu'on me vole la possibilité de n'avoir aucune faille sentimentale.
Je sens sa peau devenir chair de poule au contact de mes doigts tordue couleur pastelle, ça me touche. Dans son comportement, ses gestes, ses réactions, ses actes et regards je vois qu'il se laisse ressentir. Lui aussi. Lui aussi il n'a pas l'habitude.
Nous voilà alors deux. Deux étrangers de la bourgeoisie des sensations cardiaques. On ne se quitte plus des yeux. Comme un triangle des Bermudes nos regards son imperturbable… L'instant n'appartient qu'à nous, personne ne le brisera. Nous sommes seuls. Il aurait pu mentir mais ses derniers mots face à face me prouvent que non. Je suis un peu bouleversée d'avoir moi réussi à l'avoir lui…

Sa main dans mes cheveux ne me rappelle que de bons souvenirs même si mon esprit n'arrive pas à nommer qui est l'acteur de se souvenir. Un instant je ferme les yeux et penche ma tête contre sa main me montrant câline.
Ses doigts prenant contact avec mes cicatrices me réveillent dans un frisson, un sursaut suivis d'un petit gémissement qui m'échappe... Je le regarde et me laisse doucement faire tandis que de ma nudité je touche son torse habillé.
Pour rétablir l'injustice je viens doucement passer mes mains sous ses vêtements caressant, griffant gentiment son dos pour lui donner toujours plus de frissons. Son baiser est tendre, chaud et surtout réel et né d'un sentiment vrai. Je frissonne et je viens de nouveau caresser sa nuque tandis que cette fois-ci je partage sa passion en lui montrant la mienne.


Je le laisse me porter, me découvrir. Mes jambes s'entrelacent aux siennes, je le regarde dans les yeux alors que son chuchotement russe me donne la larme à l’œil. Personne, non personne ne m'avait jamais dit cela dans un tel contexte. J'aimais, je jubilais, j'adorais ce moment duquel je jouissais en enlevant en quelques gestes élégants les vêtements de mon partenaire.
Il s'abandonne à moi complètement dans un dernier baiser que j'ose partager avec lui. Bientôt égaux nous nous abandonnons à nos démons les sentiments qui pour une fois semblent nous envahir de la même façon... À mesure que les minutes s'effilent et défilent, les gestes sont de plus en plus francs, de plus en plus précis, harmonieux, élégants et sauvages. Les événements s’enchaînent, durent, s'impriment en nous en notre intégrité interne et notre mémoire.

J'aime ce moment je l'adore car pour la première fois je me laisse aller ainsi sans peur ni rien, je suis enfin libre, libre de choisir, libre de disposer de mes sentiments agréables...
Je te regarde essoufflée de me donner à toi. Front contre front je finis par t'embrasser pour que dans ce baiser aux allures de finale spectaculaire les gains soient échangés.
Maintenant nous ne faisons plus qu'un dans des jouissances endiablées.
Nous nous appartenons, pas nécessairement l'un à l'autre mais enfin nous nous appartenons à nous-mêmes. Dans un soupiré je te souffle en chuchotant mes sentiments à l'oreille.

YA lyublyu tebya [♥]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La saleté et le sang pour une entrevue   

Revenir en haut Aller en bas
 
La saleté et le sang pour une entrevue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Réaumur, Vendée] - On se ressemble sang pour sang [topic unique Emmanuelle vs Papa]
» CIVET DE SANGLIER ET SALADE DE RIMES
» Bélial ... Bélial ? OMFG ! [ sang pour sang ! ]
» Victor de Trévise - Sang pour sang
» Du sang pour du sang ! La vérité sur Ketsueki Yami [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of Tomorrow  :: Starling City :: Les Glades :: White Trash-
Sauter vers: