Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Lun 11 Avr - 14:55


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson




La nuit était encore présente alors que je rentrais au manoir. Une véritable purée de pois s'était levée et venait faire écran à la lumière des réverbères, plongeant les Glades dans un éclairage d'un jaune auréolin, de sorte qu'on n'y voyait pas à plus de dix mètres. Il n'était pas vraiment de bonne augure pour une jeune femme de se balader dans le quartier mal famé de Starling City au petit matin. Bien qu'à six heures, la plupart des habitants dormaient, on ne savait jamais sur qui on pouvait tomber. Dans une démarche crispée, m'agrippant à mon sac à main, je marchais à une allure soutenue, mes talons résonnant dans l'atmosphère froide.

J'avais hâte de retrouver la douceur de mon lit. J'étais exténuée. Après avoir géré le bar au Verdant avec une hôtesse en moins ce soir, une bagarre avait éclaté entre deux bandes de zonards. Cela avait généré du stress et cassé un peu l'ambiance. Mais les vigiles eurent vite fait d'expulser les fauteurs de trouble et le DJ a réussi à relancer la soirée. Une fois les portes fermées, il avait fallu nettoyer le nightclub et tenir la comptabilité journalière. Je ne vais pas me plaindre sur ce point. Le business tourne bien en cette période d'infortune. C'est toujours un souci en moins. Et tout le monde à Starling sait combien le sort s'acharne sur ma famille...

Je crois que ma fatigue est autant physique que morale. Il faut dire que la semaine a été des plus éprouvantes. En quelques jours, j'ai été kidnappée par un véritable psychopathe, qui est un ancien ami à mon menteur de frère, qui m'a révélé que j'étais la fille d'un meurtrier de masse et qui a assassiné ma mère devant mes yeux en lui plantant un katana en plein dans la poitrine... Traversée par ces sombres souvenirs, mes yeux devinrent humides. J'éprouve encore les pires difficultés à réaliser tout ce qu'il s'est passé. J'ai pleuré à de multiples reprises cette semaine. Alors que j'étais en train de faire quelque chose au manoir ou au Verdant, il m'arrivait de m'arrêter subitement, accablée par le chagrin. Plus jamais je ne reverrais ma mère, ni mon père. Mon frère, que j'aimais tant, a été remplacé par un autre lorsqu'il fut revenu de cette île que je maudis pour toujours ! Ma famille avait explosé. Après l'enterrement de ma mère, je fus incapable de sortir de chez moi les jours qui suivirent. Entre deux sanglots, je pris le temps de me pencher sur ma vie. D'aussi loin que je ne me souvienne, elle n'a été qu'une suite de drames, un cauchemar ininterrompu. J'aimerai pouvoir me réveiller ; je suis cependant impuissante. Malgré tout, la vie reprit ses droits en s'imposant à moi avec toute sa nécessité, malmenant ma tristesse sans ménagement. Pour moi, le temps s'est arrêté à la semaine dernière, mais en vrai, la vie continue. Il fallut que je reprenne mon quotidien en main, le Verdant étant incapable de maintenir son activité sans la présence de sa gérante. C'est là toute la difficulté du deuil : continuer à vivre... sans eux.

Alors que j'avançais le long de la cinquante-troisième, la tête à moitié plongée dans des pensées noires, je m'apprêtais à tourner sur Lemire. L'angle de la rue était tenu par une petite épicerie - Maggie store - à la clientèle bondée en journée. Il était fréquent de voir des petits sachets plastiques et autres détritus s'échouer dans les flaques d'eau du trottoir. La mine absente, je ne manquai pas de mettre les pieds dans le plat : un vieux papier journal vint se coller à mes bottines en daim. Insatisfaite, ma grogne ne tarda pas à se faire entendre. Je m'arrêtai un instant pour décoller le feuilleton en secouant la jambe. Humide et pâteux, le journal tenait bon. Mes lèvres firent la moue sous l'irritation naissante. Je décidai d'utiliser le rebord du trottoir pour faire tomber le pot de colle en râpant ma chaussure dessus. Une voix masculine brailla dans mon dos.

« On fait le tapin encore à cette heure ? Tu as besoin que je te soulage peut-être ? »

Je lâchai une expiration de dégoût. Non pas pour le vieux clodo qui décuvait au pied de la vitrine du magasin, mais parce que le quotidien qui avait atterri dans le caniveau titrait en Une « Queen Consolidated : la côte boursière dégringole après la perte de Moïra Queen ! ». Ignorant le sans-abri, je détalai aussitôt en tournant au coin de la rue. Un autre énergumène apparut avec dans la main une bouteille emballé dans un sac brun. Se tenant devant moi de manière assuré, il me bloquait le passage, arborant sur sa caboche probablement son sourire le plus séduisant... mais un sourire horrible tout de même !

« C'est pas bien de laisser mon ami en plan comme ça... Allez, laisse-toi faire, ma jolie ! Faut savoir profiter de la vie quand le plaisir montre le bout de son nez. »

Il avait l'air aussi bourré que son compagnon. Alors que j'allais faire machine arrière, voilà que ce dernier nous a rejoint. La peur commença à me gagner et je me résolus à traverser la route pour m'enfuir. Malheureusement, le malotru m'attrapa le poignet.

« Lâchez-moi ! À l'aide !!! » criai-je pendant que j'essayai de le repousser !


Dernière édition par Thea Queen le Ven 15 Avr - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Mer 13 Avr - 0:32

Depuis l'attaque et le tremblement de terre causé par Merlyn. La ville était devenu complètement folle, les Glades était sans nul doute le quartier le plus pourri, tomba en lambeau à cause d'une vague de crime naissante et jubilatoire. Puis vint Slade Wilson, mercenaire détraqué, assoiffé de vengeance, menant une croisade destructrice contre un fantôme du passé. Un fantôme devenu justicier et qu'il espérait ne plus jamais revoir après leur fuite de Lian Yu. Fort heureusement, Oliver avait survécu toutes ses années et le voilà de retour en ville. Starling City, ville montante, dirigé par les grandes familles fortunés. Slade cherchait seulement à faire le mal, à prendre le contrôle de ce nouveau domaine, tout en annihilant entièrement les choses faites dernièrement par Arrow et son équipe.

Voilà, un plan germe au fond de son esprit malsain, torturer lentement son ancien compagnon. Prendre contact avec la famille, utilisait ses parents proches pour réussir à le toucher en plein cœur. Le mercenaire réussi enfin, en tuant Moira Queen devant ses yeux et devant sa sœur. Le doute s'installa alors dans l'esprit de l'archer et Slade avait déjà une longueur d'avance, malgré la venue imprévu de ses alliées, Flash, Constantine. Pour affronter cette nouvelle équipe, Deathstroke se décide à recruter une nouvelle ligue pour combattre les justiciers. Mais avant, un petit détour pour revoir la pauvre Théa Queen, s'impose. La petite sœur devait pleurer ça défunte mère et surtout comprendre tous ses mensonges.

L'homme se promenait très tard dans les Glades, seul sans garde du corps. Compréhensible, quand l'on connaît les capacités du soldat. A cette heure, la jeune Queen quittait le Verdant, Slade avait laissé un homme sur place dans l'ombre pour établir un rapprochement efficace et plein de surprise. Alors, qu'il marchait tranquillement dans le quartier sans craindre les forces de police, le SCPD abandonna complètement le coin suite au tremblement de terre et à l'afflux rapide de bande et de criminels en tout genre. Suite au tremblement le courant fut coupé et la prison d'Iron Heights déversa une marée de criminel très dangereux, les Glades n'était pas un coin sur pour une jeune femme seule, à une heure aussi tardive, ou aussi tôt dans la journée.

Le temps ne jouait pas en ça faveur, une légère lumière d'éclairage annonça le magasin proche. Quand une petite voie appela de l'aide. Slade n'ayant pas l'âme charitable, avait une envie soudaine de prendre du plaisir. Lorsque devant lui, deux pochtrons, complètement saouls embêter une demoiselle. Les mais dans les poches, décontracté, le mercenaire avança vers la scène. Derrière le premier clochard, il lui attrapa l'épaule et interpella le second.

- Il n'est pas courtois de provoquer une dame sans défense en pleine rue. Le quartier n'est plus ce qu'il était. Foutez-moi le camp !

En regardant la fillette, Slade fut surpris de rencontrer Théa Queen. La patronne du Verdant en pleine rue aussitôt. Pourquoi n'était-elle pas au Verdant ? L'un des clodos envoya un coup en pleine face de Slade, ce dernier sourit et balança le bougre par une fenêtre de l'immeuble en face. Le second d'étala aussi vite.

- Une véritable bande de malotru, n'est-ce pas ? Ravi de vous revoir Théa !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Jeu 14 Avr - 18:50


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson


Alors que je me débattais en assénant mon agresseur de gifles et que j'essayais de m'extirper de son emprise, ce dernier relâcha soudain sa prise sur mon poignet et ma taille. Sous l'effet de la libération, j'avais dérapé sur la chaussée. Je caressai d'une main mon poignet endolori dans l'espoir d'atténuer l'élancement. Après le fracas d'un bris de glace, j'aperçus le second mendiant s'enfuir suite à la menace d'une voix masculine dans mon dos. Cette voix grave et sans aucune once de pitié, cette voix que je ne saurais oubliée, cette voix enfouie à jamais dans mon crâne comme l'épée perforant le buste de ma mère...

Je me retournai brusquement et le visage de Slade Wilson m'apparut dans toute son inflexibilité. De sa tenue à sa barbe ou sa coupe de cheveux, rien ne dépassait. Tout dans sa personne était soigné et ordonné. Slade Wilson transpirait la rigueur et la discipline excessives. Tout sauf son œil borgne marquant sa figure, rappel d'un traumatisme indélébile. Ses quelques cheveux poivre-et-sel sur les tempes trahissaient l'usure du temps. Ce visage, travaillé par la guerre, semblait dur comme l'acier et insensible à toute affectivité.

Le mien au contraire sombra dans l'horreur, les yeux et la bouche grand ouverts. Mon pouls s'accéléra, des larmes étaient sur le point de perler, mon teint de peau blanchit, le sang se réfugiant vers mes jambes. Je commençais d'ailleurs à reculer, secouant mon index d'un "non" de ma main tremblante lorsqu'il se disait ravi de me voir sur un ton détendu et sincère...

« É-Éloignez-vous de moi ! Ne m'a-m'approchez pas ! Je ne veux pas avoir affaire à VOUS ! »

Non, tout ce que je désirai comme une urgence viscérale en cet instant, c'était de déguerpir d'ici pour me tenir loin de cet ordure qui avait détruit ma famille. Cette même ordure qui venait de me sauver d'une agression. Je refusais d'admettre devoir la vie à un être aussi ignoble car quoiqu'il fasse, cela n'effacera jamais les méfaits qu'il a pu commettre dans mon existence. Sous l'affluence de souvenirs pénibles, ma peur se mua en une colère. Mes lèvres se rétractèrent, montrant mes dents serrées. Mes sourcils se froncèrent sur un regard sévère à l'encontre du mercenaire.

Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Ven 15 Avr - 1:41

Il venait de lui sauver la vie et la jeune femme voulait qu'il parte rapidement. Slade comprenait parfaitement la réaction de Théa, après tout, lors d'une nuit sordide il fut le responsable d'un crime atroce. Tout ceci pour assouvir une vengeance, à force de se ronger de l'intérieur, d'enfouir une colère l'homme devint l'un des pires criminels de cette époque. Théa Queen était malheureuse et pourquoi ? A cause du mercenaire borgne, qui trancha Moira Queen dans le vif, pour faire sombrer Oliver. Slade était désormais dans une croisade vengeresse, destructrice et son but, mettre à genou son ancien compagnon d'infortune. La patronne du Verdant souhaita que son ennemi quitte les lieux, sans même un signe de remerciement. Mais, il n'était pas dans la nature du mercenaire de partir sans semer la pagaille dans l'esprit de l'ennemi.

- Théa.. Théa... Théa... Vous sembliez perdu et sans mon intervention, je n'ose imaginer les atrocités que vous auriez put subir avec ces immondes clochards, alcoolique. Si, je n'avais pas de cœur, aucune réaction émotionnelle, je serais sans doute passé devant vous sans même réagir voyez-vous !

Slade avait fait de la perversion l'une des innombrables capacités à son actif. Ainsi que le mensonge, la duperie, la cruauté et la manipulation sont les atouts d'une longue liste. La nuit était encore longue et une jeune femme aussi charmante se promenant seule dans les Glades à cette heure tardive, depuis la catastrophe récente n'était pas l'idéal. Il voulait raccompagner Théa à l'abri, depuis la première rencontre et la visite du manoir familial, Wilson voua une certaine antipathie envers la jeune femme. Vivre dans une famille pareil, pleine de mensonge et de trahison faisait d'elle un exemple de bonté. Malgré quelques difficultés passagère dut à la jeunesse et à l'absence trop longue de son frère.

- Je comprends vos dégoûts à mon égare, suite à la mort aussi soudaine de votre mère. Mon but principal était surtout de semer le trouble dans la tête de votre frère, non de tuer la pauvre Moira, qui ne méritait pas de finir ainsi. Enfin ! L'index sur le menton, caressant un barbe entretenue, comme plongé en pleine réflexion. Inutile de mentir d'avantage. Il fallait qu'elle meurt. Votre frère et votre mère , vous ont menti trop longtemps. Posez-vous les bonnes questions sur l'existence même d'Oliver. Étrange ce changement durant son absence non. N'est-il pas secret ? Ne cache-t-il rien d'autre ?

Le germe du doute sembla s'intégrer chez Théa. Slade voulait que la jeune femme comprenne ses actes. Elle risque de perdre les pédales encore plus, de voir le monde se dérober sous ses pieds et de se poser un nombre incalculable de question. Voilà que Slade en remet une couche en expliqua ses actions et le pourquoi.

- Votre frère et moi étions amis sur l'île. Cette île dont il a dut vous parler ? Ensemble, nous nous sommes aidés et avons combattus des ennemis redoutables. Une femme se trouvait dans notre petit groupe et nous l'aimions tout les deux. Malheureusement, elle est morte et à cause d'Oliver je n'ai put lui dire.

Slade se remémora les petits moments de bonheur avec Shado. Avant de revoir l'annonce et la cause de sa mort. Oliver était le responsable et Ivo paya son crime. Oliver non... Le borgne établit alors une vengeance, ce tatouage dans le dos de l'archer et le cadeau et en même temps, la croix du péché pour Oliver.

Shado était tout pour moi et Oliver à osé me mentir. Comment un ami se permet de tels actes ? J'avais confiance !

Une voiture proche était garé sur le trottoir. Il se posa dessus avant de continuer, Slade marqua une courte pause. Dévisageant Théa de son unique œil. Que pensait-elle maintenant du meurtrier de Moira ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Ven 15 Avr - 18:03


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson



J'écoutais le mercenaire psychopathe me délivrer ses mots perfides comme un agneau égaré face à un loup aux dents longues. Il y avait là bien une sorte de persuasion quand l'ancien militaire se présenta comme mon sauveur et qu'il avait du... cœur. De façon involontaire, ma tête secoua de gauche à droite devant une telle ineptie, se balançant entre mes mèches brunes.

« Je ne sais pas quelle ruse vous préparez, Monsieur Wilson, » répondis-je en vomissant son nom, « mais ne prenez surtout pas pour une idiote la victime la plus blessée par votre carnage ! »

Le borgne rentra dans un monologue. Après que j'eus reculé de quelques pas, il respecta une certaine distance, ce qui me rassurait. Le brouillard épais et l'éclairage jaunâtre lui donnait l'air d'une photographie jaunie par le temps. Pendant qu'il pestait sa rancune, l'ex-camarade maléfique de mon frère m'apparaissait comme prisonnier dans le passé. Les propos qu'il tenait furent pénibles. Quand il reconnut le meurtre de ma mère planifié de sang froid, mes lèvres se haussèrent et ma colère se transforma en dégoût à son égard. Non, malgré tous les maux que ma mère m'avait causés, elle ne méritait pas d'être tuée, ni d'être la sanction pour les erreurs de mon frère. J'avais envie de lui crier que personne ne devrait pâtir de manquements dont il n'est responsable... mais j'étais déboussolée par une pensée effrayante. Si l'exécution de Moïra faisait partie de sa machination, qu'en était-il de moi, m'avouais-je aussitôt... Mais alors que j'avais encore les pires difficultés à me remémorer la tragédie de ma mère, le meurtrier focalisa mon attention sur Oliver.

Il est vrai qu'Ollie était devenu secret et impassible depuis qu'il était revenu de l'île, lui qui était si léger et jovial auparavant. Cela m'attriste que cette partie de mon frère ait disparu... À cette pensée, mes yeux s'embuèrent. Je rehaussais mon visage tout en reniflant pour m'empêcher de pleurer. Après son retour, j'avais remarqué à plusieurs reprises à quel point il pouvait se montrer distant et implacable. J'avais observé des incohérences dans son comportement et dans son discours. J'avais essayé maintes fois de lui apporter mon réconfort et mon soutien afin qu'il soulage sa conscience, mais il refusait de s'ouvrir et demeurait sur la réserve. Je doutais qu'il me mentait. J'ai tellement pratiqué que je suis devenue un détecteur ambulant. Mais je suis fatiguée de tout ces secrets. Ce sont les secrets qui ont précipité ma famille dans la souffrance, le mal et la mort. C'est le secret qui propage la méfiance, l'hypocrisie et la fausseté dans les relations humaines. Et pourtant, les moments qu'on vit et qu'on partage avec les autres sont tout ce que nous avons ici bas, pensais-je. Nous devrions être capables d'être nous-mêmes, authentiques et vrais avec quiconque en toutes circonstances. Seule la vérité devrait exister sur Terre. Or, c'était cette vérité que mon frère voulait me cacher et quoiqu'elle fusse, je voulais retrouver mon frère, car c'était à présent le seul membre de la famille qu'il me restait... Quel était ce secret qui me séparait de mon frère ? L'incertitude m'envahit.

Le renégat évoqua son passé commun avec mon frère. Bien que je l'écoutais, mon regard se perdait dans le vague en direction du trottoir. Ma tête cahotait dans une expression désemparée d'incompréhension. Comment mon frère avait-il collaboré avec ce fou à lier ? Au fur et à mesure que Wilson racontait son histoire, je ne cessais d'imaginer les atrocités auxquelles ils furent confrontées, mes yeux roulant dans tous les sens. Je me pinçais également les lèvres par déni ou par rage. J'en concluais que mon frère devait ou doit être aussi taré que lui.
Puis Slade aborda le sujet de Shado. Mon regard mouillé se posa sur son visage quand il prononça son nom d'une voix douce et à moitié absente. Mon frère lui avait volé celle qu'il désirait et c'est à cause de lui qu'elle était morte. Je ne me pus m'empêcher de me gausser d'un « hm » de revanche à l'endroit de cette révélation. Bouh, le petit Slade n'a pu dire "je t'aime" à l'élue de son cœur à cause de mon frère et il nous fait un caca-nerveux ! Mon frère n'y peux rien, moi non plus, ni ma mère d'ailleurs !

Le nouvel habitant de Starling City s'adossa à une voiture avec décontraction et me scruta de son œil imperturbable. Durant toutes ses confidences, mon âme avait pris à l'ascenseur émotionnel. Je ne savais pas quoi penser de ces révélations ni du fait que l'assassin de ma mère veuille se confesser à moi. Mais à sa dernière réplique, mon esprit s'arrêta à l'étage « justice » avec son lot d'idées intransigeantes.

« Comment un ami se permet de tels actes !? » repris-je sur le ton de la stupéfaction. « En quoi mon frère est-il responsable de la perte de Shado ? En quoi suis-je responsable également de tout ça et dois-je subir votre vengeance ? EN QUOI MA MÈRE EST-ELLE RESPONSABLE ? PENSEZ-VOUS VRAIMENT QU'ELLE DEVAIT MOURIR POUR LES FAUTES DE MON FRÈRE !? » Ma colère était allée grandissante en battant mes poings crispés vers le bas et ma voix s'écorcha sur un trémolo avant de terminer sur un torrent de larmes qui recouvrèrent mes joues. J'avais oublié que je parlais à un déséquilibré et je croisai ensuite mes bras très haut sur mon torse comme pour me rassurer.

« Si vous voulez que je sois désolée au nom de ma famille concernant la mort de Shado ou que je pleure sur votre sort, vous vous êtes trompé d'adresse car ce que vous avez fait est profondément injuste et impardonnable ! Et si vous croyez que quelques confessions sur votre passé avec mon frère peuvent rétablir la confiance entre nous et que je monte dans votre voiture, je peux vous dire, mon pauvre, que vous vous fourrez le doigt dans l'œil ! »

Dans un mouvement vif et désabusé, je me retournai dans l'espoir qu'il me laisserait rentrer chez moi. En chemin sur Lemire street, je m'engouffrai dans des frimas opaques, ma présence n'étant signalée que par le claquement de mes talons contre le bitume.

Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Sam 16 Avr - 1:11

L'homme venait de parler de son passé, personne jusqu'à maintenant n'avait eu de tels confidences sur cette partie de son existence. Même ses plus proches collaborateurs ne savaient rien à ce sujet. Alors pourquoi dire ceci à Théa ? Certainement parce qu'il comprenait les actes atroces envers la famille Queen, Moira ne mériter pas une sentence aussi féroce. Oliver devait payer pour ses actions, ainsi que pour cette folie qu'il laisse à chacun de ses passages. Je parle pas de Tokyo, Lian Yu, son retour à Starling City. Chaque fois, ses actions ont des répercussions terrible sur son entourage.

Slade ne niait pas les atrocités qu'l fait actuellement subir au monde. Il ne contredit pas le fait qu'il est un tuer psychopathe et une être maléfique recherché par toutes les agences gouvernementales. C'est un criminel hors norme, un concurrent féroce et le détenteur du Mirakuru. Il ne faut pas oublier que ses actions sont le fait d'une dépendance à ce sérum autodestructeur et perverti le cœur et l'âme de son hôte. Appuyé sur la voiture, son œil unique dans le vide. Théa Queen vomit une colère retenue depuis le monologue du mercenaire. Il méritait les mots, malgré une puissance dans chaque mots. Une intention de faire mal sur chaque phrases. Slade ne ressent rien, pas d'émotion, même pas le mouvement d'un sourcil.

Une fois terminé, Théa quitta Slade pour prendre du recul et enfin rentrer chez elle. Slade n'avait pas encore fini de jouer avec elle. Le mal n'étant pas encore terminé, il continua de poursuivre lentement la jeune femme.

- Mon but n'est nullement de vous faire du mal Théa. Vous n'étiez même pas dans mes plans. Je n'agit pas pour venger Shado, enfin sur certains point, oui. Ce n'est pas le seul sujet. Votre frère est un véritable danger, croyez-le ou pas ! Chacune de ses actions, chacun de ses actes sèment le désordre et la destruction.

Pour toucher la jeune femme et mettre un terme à sa fuite aussi futile. Il décida de mettre les points sur les I.

- Il me semble que vous tenez énormément à Roy Harper.

Un large sourire narquois se dessina sur le visage de Slade, plongé maintenant dans la pénombre d'un réverbère. La lune commença une descente lente, annonçant les premières lueurs de l'aube.

- Aux dernières nouvelles, monsieur Harper est introuvable. Restez ! Je pourrais vous donner des nouvelles de votre ami. Finissez d'entendre l'histoire de votre frère et la mienne, qui est étroitement lié.

Une légère brise se leva, la rosée du matin déjà bien présente. Les bruits de talon devinrent inaudible et les premiers habitants montèrent dans leurs voitures pour partir au travail. Un homme de main essaya de contacter Slade, le mercenaire coupa court à la conversation en annulant l'appel. Un café ouvre ses volets et Slade proposa à Théa de prendre un remontant matinal pour lui exposer la suite de l'histoire.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Lun 18 Avr - 22:17


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson


C'était joué d'avance que le chasseur n'allait pas lâché sa proie aussi facilement. Le bougre revint à la charge, ce qui ne manqua pas de me faire souffler de lassitude. Je commençais à m'inquiéter de la tournure dont prenait la fin de cette nuit. Que me voulait-il ? Qu'est-ce qui l'empêcherait de me faire du mal ou de m'enlever ? L'assassin essaya une nouvelle fois de me rassurer, ce que j'avais du mal à croire. Il est difficile d'accorder sa confiance à une personne qui a ruiné votre vie... Mais surtout, il ramena à nouveau le sujet sur Oliver. Il n'a pas fallu attendre qu'il parle de Roy pour que je tourne les talons. Je lui lançai un regard insistant vers son visage, scrutant le moindre de ses mouvements pouvant m'apporter du crédit à ses paroles. Malgré toute la méfiance que j'avais pour lui, Slade Wilson avait raison quand il disait que la présence d'Oliver depuis son retour de l'île avait créé de nombreux remous au sein de la famille et des proches, ne sachant plus à quoi me fier à propos de mon frère. Apparemment, son ancien compagnon d'armes avait connaissance de quelque chose en ce qui le concerne.

Quand il aborda mon attachement à Roy, je ne pus retenir mon visage de se redresser dans un mouvement de crainte. Alors qu'il se permit un sourire de jouissance éhontée, mon cœur battait fort dans ma poitrine et mes poings se resserrèrent à l'idée que Roy fusse une de ses victimes...

« Je vous préviens si... » m'écriai-je en voulant intervenir.

Mais le mercenaire continua sur sa lancée et me retins de partir en indiquant qu’il avait des informations à son propos. Là encore, ce n’était pas quelque chose de l’ordre du probable ; il savait où se trouvait Roy ! Un frisson me parcourut les bras et remonta jusqu’à ma mâchoire. Le salaud avait gagné : je m’inquiétais pour mon beau ténébreux et je ne pouvais me permettre de quitter Slade sans savoir où Roy résidait. Peut-être même était-il mal en point ou retenu prisonnier… Très vite, je tiquais face au borgne, fulminant contre moi-même. Que suis-je naïve, pensais-je, cela doit faire des semaines qu’il a mené une filature sur ma famille et mes proches, connaissant le moindre de nos faits et gestes. Alors qu’il m’invitait à entrer dans un café en me tenant la porte, je le fusillais du regard.

« Je suppose que je n’ai pas vraiment le choix… » dis-je d’un faux sourire en me dirigeant vers lui, « l’addition sera pour votre pomme ! » ajoutais-je en passant devant lui comme une balle lorsque je rentrai dans le commerce.

Le tenancier nous salua, surpris de nous voir faire irruption dans son bar, n’étant probablement pas habitué à avoir de la clientèle de si bonne heure. Dans le fond de la salle, il y avait encore des chaises sur les tables. L’endroit avait un style très années-30, avec un lounge central et un mobilier sobre et tout en noir brillant jusqu’à mi-hauteur des murs, la seconde partie étant tapissée d’entrelacs classiques bleu-gris et beige. Je traçai droit jusqu’à une banquette et m’assis les jambes et les bras croisés de façon expansive. Le barman vint nous voir pour prendre la commande.
« Mr & Ms Smith arrivent bien tôt, ce matin ? » – c’était un de ces bars à la mode rétro  –  « Qu’est-ce que je vous sers ? »demanda-t-il avec un sourire stéréotypé.

« Un milkshake banane / noix de coco, avec un muffin au chocolat, trois gaufres au caramel et beurre salé, des fraises avec de la chantilly. »

J’avais prononcé cela d’une traite et de manière sèche, déplaçant ma colère sur le serveur sans jamais quitté Slade de mes yeux blasés. Une fois que le tenancier partit préparer nos commandes, je repris la conversation.

« Vous savez, je ne suis pas certaine de vouloir connaître les réelles manigances de mon frère. Surtout de votre bouche ! » appuyai-je. « Qui êtes-vous pour révéler ses secrets ? De quel droit vous permettez-vous d’usurper la responsabilité qui lui revient d’assumer ses actes ? Assurément, la place que vous occupez après être rentré par effraction dans notre existence ne vous y autorise pas ! » expulsai-je dans un souffle qui mit longtemps à mourir.

Le serveur repassa déposer nos commandes et je laissai redescendre une nouvelle soupape de rage dans une plage de silence où nos regards étaient les seuls interlocuteurs.

« Quelque soit les déconvenues que mon frère ait pu commettre envers moi ou peu importe mon insolence, j’aime mon frère et je sais que mon frère m’aime. Quoiqu’il arrive, nous serons toujours là l’un pour l’autre. Je me doute bien qu’il me cache quelque chose et je rêve du jour où il pourra redevenir lui-même. Mais jusqu’à ce que je retrouve mon frère, je souhaite attendre qu’il se confesse à moi car c’est ainsi que je veux nos retrouvailles, dans une confiance regagnée. Vous comprenez, monsieur Wilson ? »

J'avais déclaré cela toujours en regardant le quadragénaire droit dans les yeux, d'une seule traite, sur un ton implacable, menaçant. Presque trop. Je ne revenais pas de la façon dont je l'avais dit ni de ce que j'avais dit. Par certains moments, c'était comme si je n'osais pas croire que je me racontais une histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Mer 20 Avr - 1:03

Théa accepta de suivre le borgne à l'intérieur du café. l'environnement année 30 était vraiment sympathique, Slade aimait bien cette endroit, il y venait le plus souvent possible. Ce n'est pas pour rien, qu'il souhaita emmener la sœur Queen dans cette endroit. L'homme voulait qu'elle comprenne, il n'était pas une menace pour elle, seulement envers son frère. Certes ses actions contre la famille Queen mérite la peine de mort, une vengeance désagréable de leur part. En y repensant, Slade se retint tout de même à sourire.

Le patron du café vint prendre commande, le jour pointer le bout de nez. Théa devait avoir faim après une nuit à travailler, tenir une boîte de nuit, n'est pas toujours de tous repos. Slade commanda un café et croisa les bras sur la table, alors qu'il écoutait le moindre mots de Théa. La jeune femme soutenait son regard, elle avait beaucoup changé depuis leur dernière rencontre, depuis la mort de Moira. Un choix difficile bouleversait Slade en ce moment, devait-il révéler le secret d'Oliver ?

Laissant la patronne du Verdant parlementer seul, l'oreille attentive. Le serveur amena les commandes et déposa les assiettes de Théa devant elle, ainsi qu'un café fumant devant Slade. La main autour de la tasse, il se décida enfin à reprendre.

- Votre désarroi est compréhensible et regrettable. Mes actes envers votre frère, n'était nullement vers vous. Je me répète, mais c'est au moins l'une des vérités. Ma rencontre avec votre mère était sincère et je souhaitais réellement soutenir sa campagne.

Il avala son café, sentant le regard de la jeune femme le foudroyer. Quelques personnes venaient de rentrer dans le café et s'installer au bar pour prendre un petit déjeuner, avant de partir au boulot.

- Aimez votre frère, qu'il en soit ainsi. Profitez du peu de présence qu'il vous alloue. J'aimais Oliver, le considérant presque comme mon petit frère. Il n'est surement pas de mon ressort de raconter chacun de ses secrets. Je laisse ce soin à votre frère, qu'il soit un minimum franc envers vous, Théa. Je vous le souhaite. Vous êtes une femme forte et indépendante, capable de prendre vos propres décisions. Malgré cela, une fois qu'Oliver aura parlé, laissez-le tomber.

Slade parcourant l'intérieur du bar à l'aide de son œil unique. Une bonne dizaine de clients se trouvaient déjà à l'intérieur. Le coude sur le dos d'une banquette, il revint sur Théa et ainsi qu'à Roy. Après tout, la patronne du Verdant accepta son invitation après l'annonce sur Harper.

- Enfin, passons Oliver, il ne mérite pas une longue conversation. Venons-en à votre compagnon, ce charmant monsieur Harper. Comme, je l'ai annoncé précédemment. Savez-vous pourquoi, monsieur harper et aussi étrange. Il n'a pas un comportement agressif. Ce met-il pas à l'écart ?

En fouillant au fond d'une de ses poches, il en retira une étrange fiole. A l'intérieur, son contenu avait une drôle de teinte, entre le bleu et le vert fluo. Slade déposa le flacon sur la table, à côté de la tasse. Tout en gardant un doigt dessus.
Le patron du café revint et Slade commanda un autre verre. Il espérait que Théa lui donne quelques informations croustillantes sur Roy et son comportement, avant de dévoiler ses actes sur le compagnon de la jeune femme.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Sam 21 Mai - 0:49


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson


Suite à mon discours, je me détendis en sirotant un peu mon milkshake. Slade prit la parole dans un calme mesuré. Je le fixai du regard tout en remuant compulsivement le contenu de mon verre avec la paille. Mais lorsque je l’entendis exprimer son affection à propos de ma mère ou de mon frère, je ne pus retenir de lever les yeux au ciel ni de m’empêcher de soupirer dans un mouvement de négation. Je ne pouvais accepter de telles déclarations après ses agissements. On ne peut exprimer son attachement envers quelqu’un et le faire souffrir simultanément. Soit cela signifie qu’il y a un mensonge, soit que les deux faits n’ont pas la même valeur affective. Assurément, l’ancien militaire avait choisi la violence.

«  Je vous en prie, épargnez-moi vos inepties et venons-en à Roy ! » claquai-je une fois qu’il eut terminé sa diatribe sur Oliver, lâchant par là même la friandise que je venais de saisir.

Au lieu de me révéler de but en blanc où se trouvait celui qui faisait chavirer mon cœur, le borgne me questionna sur son comportement. Une ride naquit entre mes sourcils. Mes yeux roulaient de gauche à droite comme si je lisais un livre et mes paupières accélérèrent leurs clignements. Je me rappelais des souvenirs pénibles. Après quelques secondes où je retrouvais mon souffle, je répondis du bout de mes lèvres haussées de dégoût.

« C’est… c’est vrai qu’il s’est montré particulièrement violent, au point de vouloir s’en prendre à moi… Je ne le reconnaissais plus juste avant qu’il ne disparaisse… » Je remis mes franges en place en détournant le regard, caressant fugacement mes yeux humides. « C’était déjà tendu entre nous auparavant. Entre les disputes à propos de sa quête de justice et ses tromperies, notre couple battait de l’aile… Néanmoins, il me manque. Dans les heures les plus difficiles de mon existence, vous vous imaginez bien que sa présence m’apporterait du réconfort. » pestai-je en reniflant ma tristesse. « Malgré les peines qu’il a pu me causer, je ne lui ai jamais voulu de mal, et si il souffre en ce moment, JE VEUX SAVOIR OÙ IL EST ! »

Les quelques clients présents s’étaient interrompus en m’entendant crier, plongeant la salle dans un silence éphémère. La colère s’évanouit rapidement de mon visage, laissant place à une expression plus critique après que je me sois ressaisie en resserrant mes mains tremblotantes. Mon comportement à fleur de peau devait réjouir l’ennemi de ma famille… Alors que le tenancier s’approchait de notre table, Wilson avait sorti un tube à la paroi translucide contenant un liquide couleur dégueu. J’inspectai un instant la fiole avec une mine circonspecte.

« Qu’est-ce que c’est ?... » avant que ma tête se décompose en réalisant tous les possibles « … qu’est-ce que vous lui avez  fait !? »
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Mer 25 Mai - 0:25

Malgré ses paroles, le soit disant attachement qu'évoqua le borne dans la discussion n'était rien d'autre qu'une énorme mascarade. Le borgne aimait à se plaire dans la manipulation d'autrui, à semer le trouble dans l'esprit de ses ennemis avant d'y mettre un terme. L'ancien soldat des forces spéciales qu'était Slade se souvint de toutes les techniques disponibles pour faire tomber ses ennemis. La torture physique et morale est l'une des premières choses que l'on apprend en entrant dans les forces secrètes. Wilson s'amusait d'une situation de ce genre et pourtant la jeune Théa Queen, directrice du Verdant. Petite sœur d'Oliver avait un truc en plus, une aura plus grande que son frère, une faculté à s'adapter et de dresser des barrières puissantes en cas d'ennuis. Pour cela, le mercenaire aimait bien la jeune femme, malgré son amour pour l'insultant Harper.

L'équipier du Green Arrow jouait trop les grands, les boy-scout en parcourant la ville dans une tenue rouge sombre, crapahutant sur les toits et en arrêtant les hommes du borgne. Toutes les actions contre son groupe était inacceptable et comme, le garçon était un proche de l'archer, il devait payer pour son mentor. Slade balançait une fiole transparente, un liquide visqueux au bout de ses doigts. Rapidement Théa posa les questions en voyant l'étrangeté du liquide et en haussant le ton, les clients du restaurant se retournèrent pour comprendre. La jeune femme haussait le ton, elle aurait été capable de tordre le cou de son ennemi.

Wilson venait donc d'attirer l'attention de son interlocutrice, Théa se noyer dans ses sentiments. Son cerveau devait certainement tourner en rond au fond de son crâne et Slade s'amusait en pensant à la scène. Il posa la fiole sur la table tout en gardant la main dessus, il avala une gorgée de sa boisson quand la jeune femme demanda des réponses. Slade se lécha les babines et réajusta son bandeau qui planquer la cicatrice de son œil manquant. Il caressa son bouc naissant et s'égosilla de nouveau pour donner des réponses.

- Le produit se trouvant dans cette fiole Théa et appelé Mirakuru. Un sérum spéciale créé par l'armée Chinoise à l'époque de la grande guerre. Ce liquide visqueux coule dans mes veines grâce ou à cause d'Oliver. Il me confère une certaine force, une puissance bestiale et ralenti le vieillissement. Bien entendu, contre le Mirakuru, nous avons un sérum et pourtant je n'en veux pas.

Il remit la fiole au de ses poches, inspectant l'intérieur du restaurant. Le soleil se levait rapidement et en général à cette heure, il n'est pas rare de trouver des flics en train de boire un café et de prendre des donuts par dizaine.

- Roy en est imprégné ! Mes hommes ont réussi à mettre la main sur votre petit ami. Malheureusement, je fais des expériences actuellement et il m'a servi de cobaye. C'est une énorme réussite , le sérum reste dans son sang. Mais il existe des effets nocifs pour celui qui à le Mirakuru dans son sang.

Wilson parlait sans pincette cette fois, allant droit au but. Les manières n'étaient plus de mise, puisque Théa n'en prenait pas, la jeune femme restait forte. Bien sur, elle cachait ses émotions derrière un visage fermé et dur. Le mercenaire n'est pas dupe et en parlant de Roy ainsi, d'un cobaye, comme d'un rat de laboratoire. Il espère que ses mots toucheront la patronne du Verdant. Pourtant le voilà qui reprend, tout en passant une nouvelle commande.

- J'en étais aux effets nocifs pour celui qui injecte le Mirakuru dans son organisme.... Ce n'est vraiment pas beau à voir ..... Non, pas du tout ! En général l'injection peut stopper le rythme cardiaque et entraîner la mort. Le patient deviens tout raide, du sang coule de ses oreilles et ses yeux. Avant qu'il ne sombre définitivement dans l'oubli. Ouais, j'ai beaucoup de mes hommes qui ont fini ainsi. Roy n'est pas du même bois non. Il a survécu, le sérum passe dans ses veines, la force dont il dispose est phénoménale. Il cicatrice vite, j'ai toujours raison ma chère ?

La première fois ou le mirakuru fut injecté dans son organisme, Slade était sur le point de mourir. Lors de son réveil, Oliver et Sara avait disparu et Shado assassiné. Le point de non retour pour Slade et le début de la vengeance incessante qui le mène aujourd'hui à cette discussion.

- Un deuxième, le liquide entraîne souvent l'homme dans la folie et l'oublie des personnes qu'il aime. Méfiez-vous Théa, bientôt Roy sombrera, il sera en colère et ne serra plus maître de ses actes.

Théa était maintenant au courant du plan de Slade envers son petit copain. Le garçon possédait un sérum dans son corps, capable de le rendre complètement fou. Même capable de commettre un meurtre sous la colère et oubliera tout une fois l'acte accompli. Slade sourit en avalant le contenu de son verre. Quand deux hommes entrèrent dans le restaurant pour se diriger vers le comptoir. Le mercenaire jeta un regard dans leur direction, l'un d'eux était une taupe à son service au sein de la police. Le second un inspecteur fraîchement débarqué de Chicago. Le borgne revint alors vers Théa.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Sam 28 Mai - 19:50


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson


Après que Wilson joua avec mes nerfs en prenant le temps de boire son café, j’écoutais avec une attention soutenue les mots qui sortaient de ses lèvres à propos de cette fiole. Les informations qu’il me transmettait me faisaient froid dans le dos. En plus de lui avoir fourni des dons hors normes, le borgne reçut l’injection des mains de mon frère ! Oliver… Qu’as-tu donc fait ? Tu es probablement à l’origine du monstre qui a apporté la calamité à notre famille… Le pire m’attendait encore : Slade avait contaminé Roy avec ce poison en l’utilisant comme cobaye ! L’ancien militaire se satisfaisait calmement de son test d’expérimentation, comme si Roy n’était qu’un vulgaire rat de laboratoire, traduisant à merveille à travers ses buts implacables la froideur de la technique et l’efficacité de la rente. En passant à la souffrance par laquelle Roy était probablement en train de subir, la tension montait en moi jusqu’à ce que mes yeux tremblent d’humidité. Mais je parvins à me maîtriser car l’homme que j’avais en face de moi me donnait envie de vomir. Mes lèvres se pinçait de dégout. J’allais être sur le point de lui arracher la fiole des mains pour la balancer à terre, mais le bougre la rangea dans sa poche. Je voulus déverser ma haine à son égard mais il enchaîna en parlant des effets nocifs. Je m’imaginais Roy en train de perdre son sang dans d’atroces souffrir et que cela pouvait aller jusqu’à la mort… L’idée de perdre celui avec qui j’avais partagé les plus beaux moments de ma vie m’était insupportable. Après tous les malheurs que j’avais vécu ces dernières semaines, si je perdais Roy, je… Je ne m’étais pas rendue compte des quelques larmes qui perlaient sur mon visage. Aussi passais-je une main sur mon nez. Cela était trop pour moi et je ne fus plus en mesure de me contrôler.

« Vous n’êtes qu’une sombre pourriture, Slade Wilson ! Vous paierez pour tout ce que vous avez fait ! Je peux vous assurer que j’y veillerai ! » proclamai-je en le fusillant d’un regard à lui glacer le sang, l’index tendu à hauteur de visage.

Alors que le mercenaire ne cessait de se retourner régulièrement pour examiner l’entrée du bar, je tentais de me calmer en me réconfortant sur une des pâtisseries que j’avais commandées. À peine la portai-je à ma bouche que je la reposais aussitôt sur la petite assiette en soufflant de dépit. Je n’avais pas le cœur à manger. Je me sentais perdue, à parler à une ordure de la pire espèce. J’aurais voulu me réfugier dans les bras de mon voyou des Glades. Mais c’était impossible :  il était retenu par cet odieux personnage. Tout ce qui comptait pour moi à l’heure actuelle, c’était Roy et il fallait que je le retrouve.

« Roy est plus fort que vous le pensez. Bien plus solide que vous, j’en suis certaine. Il s’en sortira à condition que vous le relâchiez. Il ne vous a rien fait. Il n’est qu’une victime collatérale dans l’affrontement qui vous lie à mon frère. Dites-moi où il est ! »

Encore une fois, je m’étais montrée ferme en parlant bien distinctement, notamment sur la dernière phrase, faisant comprendre à mon interlocuteur que j’étais prête à tout pour le retrouver.


Dernière édition par Thea Queen le Mer 1 Juin - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Mer 1 Juin - 1:10

Slade éprouvait un malsain plaisir à parler de Roy, d'exposer une partie de son plan et de faire vivre un Théa un moment très mal à l'aise. Le borgne se satisfaisait de ces situations, prendre le dessus moralement sur une personne, la chahuter dans ses certitudes et au final la piquer au vif avec un savant mélange de pirouette et de contrôle. Il batifolait souvent entre l'entrée, le comptoir et son homologue, l'aiguille d'une horloge présentait déjà le début d'une nouvelle journée et pourtant le mercenaire n'avait pas encore terminé son petit jeu. Oui, de son point de vue tout ceci n'est qu'un jeu, malhonnête et vulgaire, mais un jeu psychologique tout de même.

La dernière représentante des Queen, du point de vue de la famille. Disait avoir les épaules solides et le cas présent le démontre très bien. Théa est jeune et frivole et pourtant, elle résiste très bien aux manipulations de son ennemi. Slade aimait faire le mal, tuer, torturer, manipuler. Comme il le fit avec Moira Queen en lui proposant son aide durant la conquête de la mairie. Et final, Blood dirige, la pauvre femme gît sous une pierre à cause du mercenaire. Certes, le criminel est le responsable du malheur de Théa et pourtant la jeune femme, patronne du Verdant prend le temps de discuter avec l'homme. Pour recueillir des informations sans doute, comprendre le fonctionnement de l'homme, impossible. Pourtant, elle prenait un soin particulier à écouter son homologue, retenant toutes émotions, avant de déverser toute la haine possible dans chaque mots.

Les deux hommes au bar quittèrent enfin le magasin, la taupe saluant son patron d'un clin d’œil. Slade trouva le moment opportun pour terminer la discussion et pourtant, Théa demanda des réponses claires et plus précise sur l'emplacement de Roy. Le mercenaire décida donc de reprendre le jeu, en prenant son temps.

- Il n'est plus prisonnier, mes hommes l'ont déjà relâché dans le quartier. S'il était désireux de reprendre contact avec vous, il l'aurait déjà fait non ? Ce n'est que mon simple avis ! Roy vous aime énormément, fougueux et pourtant très doux. Il a juré de me tuer tout comme vous à l'instant .

Le protéger d'Oliver se trouvait donc dans les rues à souffrir du sérum inondant son sang. Slade esquissa un large sourire ironique, moqueur. Théa se lancera certainement à la rescousse de son rondoudou, son chérie adoré, le voleur. Slade préféra mettra la jeune femme au courant.

- Je n'ai pris aucun plaisir à faire du mal à Roy . Je sais, vous le savez déjà, puisque toutes mes actions ne me comble pas. Pour moi, c'est non seulement une histoire de vengeance envers votre, mais aussi un petit jeu. Pourtant, Oliver est déjà bien bas sur mon plateau. Les pions sont en place et bientôt il perdra une grosse partie de sa vie. J'espère pour vous Théa, que vous êtes à l'abri du besoin. Prenez le en compte.

Une partie de son équipe se trouvait en place, Ravager tenait l'entreprise de famille, Blood la mairie. Bientôt, la planque secrète de l'archer sera révélé, son identité donné au média. Slade avait un plan bien précis, que deviendra Oliver Queen une fois la nouvelle charge de Deathstroke mise en route.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Mer 1 Juin - 19:22


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson

« Vous voulez dire que Roy erre à présent dans les Glades !? »

Les informations de Wilson à propos de Roy m’avaient mise en émoi. Sous le coup de l’annonce, j’avais porté une main à mon cœur qui s’emballait en même temps que mes sourcils se baissèrent d’inquiétude. Non seulement mon voyou au grand cœur était libre, mais probablement se tenait-il loin de moi. L’inquiétude qu’il soit mal en point me faisait autant de peine que l’idée qu’il se désintéresse de moi. De toute évidence, malgré le fait que cela n’allait plus très bien entre nous, je devais reconnaître que j’étais encore très attachée à Roy. Mais le plus grand danger à l’heure actuelle se concentrait sur son état. En tenant compte des révélations du sadique que j’avais sous les yeux, mon justicier dans l’âme était sous l’emprise d’un principe actif qui lui apportait une force considérable tout en lui faisant perdre la tête. Dans de telles conditions, il pouvait aussi bien s’en prendre à d’autres personnes innocentes qu’à lui-même. Il fallait le retrouver de toute urgence avant qu’il ne cause de dégâts irréversibles.

Le mercenaire au bandeau essayait une fois de plus de se dédouaner en arguant le fait qu’il ne se défoulait pas sur mon petit copain. Mais on ne me la fait pas à moi. Je reconnais un psychopathe quand j’en ai un sous les yeux. Le borgne avoua rapidement son goût pour la torture en la qualifiant de « petit jeu ». Qui s’amuserait à faire souffrir quelqu’un si ce n’est un sadique accro à la violence ? Je voulais lui rétorquer qu’un jour il se fera rattraper par les torts qu’il a commis. Cependant l’homme d’âge mûr acheva ses paroles par un avertissement qui éveilla ma prudence. Ma tête avait quelque peu tiqué à cet effet. Comme une petite souris attirée par du fromage, je penchais ma tête dans son aspect le plus empathique.

« Je me demande bien quel est le but que poursuit quelqu’un comme vous. Quelqu’un qui teste le sérum qui l’a endurci sur un amateur de combat de rue ? Je doute que vous soyez intéressé uniquement par la vengeance… À votre place, en m’attaquant à Starling City, j’essaierai de faire une pierre, deux coups…   » déclarais-je d’une voix espiègle. Je me tus un instant et après un temps de réflexion, je repris la parole en regardant la table comme si je lisais un plan, bougeant mes mains comme des pions sur un échiquier. « Je pense… que vous avez voulu enrôler Roy dans votre petite escouade, mais quelque chose a foiré. Et… je ne vois pas comment vous pourriez contrôler quelqu’un qui aurait le même potentiel de destruction que vous. Vous avez – forcément – un truc… » Je levai un index vers le ciel sous un éclair de lucidité. « Vous me l’avez dit tout à l’heure : il existe un antidote ? Lequel !? »

Je venais d’offrir à l’abominable homme des tropiques une facette de moi qu’il n’avait encore jamais perçu : une Thea intelligente et maline. Mais aussi rapidement qu’elle était apparue, je bondis sur cette conclusion pour viser mon intérêt avec une virulence inédite et guidée par l’élan du cœur.

« Wilson, » j’avais prononcé son nom en le regardant dans l'œil comme une panthère guetterait sa proie, « comment puis-je faire pour arrêter Roy ! Est-ce qu’il existe un moyen pour minimiser les effets du sérum ? Vous me devez bien cela ! » je me levais en me penchant par-dessus la table, les choses allant en s’intensifiant. « Vous avez tué ma mère !! Depuis mon frère passe ses journées et ses nuits dieu sait où !!! Ma vie est en ruine. Et ça, ce n’est ni à cause de mon frère, ni de votre affrontement, mais c’est à cause de vous et strictement de vous, et je vais bientôt finir morte comme cette pauvre Shado si je ne retrouve pas Roy !!!! » Je me trouvais à présent à quelque centimètres du visage du borgne. «  Slade, je ne doute pas un seul instant que vous comprenez l’état par lequel je passe, alors donnez-moi une information ou quelque chose, je vous en prie mais faites-le maintenant ! »


Dernière édition par Thea Queen le Jeu 2 Juin - 15:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Jeu 2 Juin - 14:42

L'homme devait l'avoué, Théa Queen devenait une femme redoutable. Capable de passer par différentes sentiments et ceci à plusieurs échelles. Pleureuse et parfois pensive, pour faire un volte-face remarquable et reprendre le contrôle pour devenir une femme puissante. Elle avait écouté attentivement les paroles du mercenaire, buvant chaque mots et phrase, pour s'imprégner de la malveillance palpable de son homologue. L'ennemi se considérait comme un caméléon s'adaptant à toutes les situations, prenant un malin plaisir à contrôler ses victimes. Mais Théa n'est pas une victime, la patronne du Verdant est un dommage collatéral dans un affrontement entre son frère et son comparse de Lian Yu.

Lian Yu, l'île en pleine mer de Chine, inscrite sur aucune carte. Un univers sombre, ou le temps s'arrête , chacun de vos mouvements et épiaient et peut amener à un accident. Slade se remémora certaines passages de la vie sur l'île, la mort et son passage dans le pays des âmes errantes. Puis, la transfusion d'un liquide chaud, bouillonnant dans nos veines, dans les artères, gonflant le cœur et envoie des shoot d'adrénaline à chaque pression sanguine.  Actuellement, le mercenaire borgne reçoit la dose nécessaire, puisque Théa se penche sur lui et le menace. La jeune femme souhaite retrouver son petit copain et considère Slade comme un psychopathe et pourtant.

Deathstroke n'est qu'un fantasme, un avatar représentant la mort et la destruction. Le mirakuru n'est qu'un prétexte pour assouvir les pulsions d'un homme plongé dans la corruption et la folie. Théa avait sans doute raison sur les motivations du mercenaire, pourtant il ne l'avoue pas, préférant rester sur ses positions. Ce n'est qu'un jeu, un simple jeu, ou l'on avance des pions sur un plateau. Seulement ce genre de jeu, amène bien souvent  la disparition d'un pion, pour au final avoir un plateau vide.

La jeune femme souhaitait avoir l'antidote, trouver un moyen en tout cas pour se procurer le liquide pouvant être le sauveur de son copain. Roy marchait dans les glades. Slade recevait les informations depuis une oreillette, deux hommes suivaient le garçon. Le mercenaire ravi et compréhensif, en voyant Théa changer de ton et devenant plus menaçante.

- Il existe bien un antidote, mais je n'ai pas les fioles actuellement !

Pour une fois, le borgne dit la vérité, les fioles ne sont pas à sa possession. Puisqu'Oliver possède le problème au sérum du Mirakuru. Slade sourit et planta son œil unique dans ceux de Théa. Leur visage presque collé. Le mercenaire reprit.

- Vous trouverez certainement une fiole dans la cachette de votre frère. Enfin je crois et je peux même dire où vous la trouverez. Mes hommes ont retrouvé sa trace.

L'homme pensait à tous, il possédait un coup d'avance sur tout le monde. Voulant rester prêt à tout pour d'éventuelle rébellion. Depuis sa défaite contre Arrow et les autres justiciers. Slade prit un malin plaisir à prendre le contrôle du quartier et de disposer ses hommes dans les hautes sphères du pouvoirs.

- Ne craignez pas la mort, reprit Slade quand Théa se considérait condamné comme Shado. Il ne vous arrivera rien. Ma parole n'aura sans doute pas beaucoup de sens pour vous. Mais, je jure sur mon honneur, que vous ne saurez pas blessé.

Pourquoi le mercenaire protège Théa à ce point ? Il n'aurait put le dire lui-même. Sans doute que la jeune femme lui fait penser à son passé, la vie oubliée qu'il aurait dut avoir en Australie.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Jeu 2 Juin - 16:25


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson


Décontenancée par les dernières paroles de Slade, je me remis debout. L’attention qu’il témoignait soudainement à mon égard me surprit. C’était presque de la protection bienveillante. Je n’aurais jamais cru que l’assassin de ma mère fusse capable d’une telle attitude envers moi… L’idée à contrecourant de mes pensées et de mon ressenti actuels me gênait. Lui, se posant en gardien de ma sécurité et contre ma mort, je trouvais cela ironique et peut-être même se payait-il ma tête…

« Qu’est-ce qui vous fait croire que je redoute la mort ? Ma vie n’est plus qu’une vaste blague. J’ai presque tout perdu… » proclamai-je d’une voix amère.

Un père infidèle et malhonnête, une mère menteuse et assassinée, un frère méconnaissable et fantôme, un géniteur complotiste et criminel, une nièce cachée et adepte de magie noire… Que pouvait-il manquer de plus à l’équilibre de mon environnement social ? Ha oui, c’est vrai : le petit ami voleur qui voulait suivre les traces du héros de Starling City… Pendant quelques secondes complètement détachée de la situation actuelle, je faisais « non » de la tête en me remémorant l’ensemble de ma vie. Puis je revins à l’instant présent : dans ce bar, de si bonne heure le matin, en compagnie de Slade Wilson. Une scène supplémentaire de mon existence absurde...

Retrouve Roy. Il faut retrouver Roy, me répétai-je en moi-même, m’accrochant à une lueur d’espoir. En bonne patronne, je croisais les bras et la Thea des affaires était revenue aux commandes.

« Vous avez dit que je peux trouver l’antidote au Mirakuru dans une planque appartenant à mon frère… De quoi parlez-vous ? Et surtout où se situe-t-elle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Slade Wilson
Admin Mercenaire


Age : 45 ans
Messages : 380
Date d'inscription : 28/12/2015
Groupe/Clan : Le mien
Métier : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Ven 3 Juin - 1:10

Roy Harper petit voyous du quartier, adepte des vols à l'étalage. Plusieurs fois arrêté par la police et toujours relâcher pour bonne conduite. Malheureusement, il récidive à plusieurs reprise. Puis devenant le petit copain de Théa Queen, le pauvre garçon fini par faire parti de l'entourage de Queen. Une très mauvaise idée pour le jeune renégat qui aurait mieux fait de rester dans son coin, ne jamais fréquenter cette famille pourrie jusqu'à la moelle. Pourtant, le voilà pris au piège, le corps imbibé de Mirakuru, lui faisant perdre l'esprit et Slade aimait l'idée.
Il avait fait du garçon une priorité, un pantin dans son plan contre Oliver. Un cobaye pou ses expériences, afin de mettre sur pied une armée d'homme avec le produit dans le sang.

Il croisait les mains, soutenant le regard de Théa. La tension était palpable entre les deux. L'animosité visible, un lien se tisser entre eux, malsain certes, mais existant tout de même. Par ses mots Théa ne redoute pas la mort, mais Slade voyait le contraire dans ses paroles. La jeune femme fragile ne peut pas redouter la mort. Certes, elle voit la mort de sa mère, lors du passage à l'acte de son ennemi. Mais la mort marque une personne et bien souvent l'on lève une carcasse pour se blinder et trop souvent elle se fracasse comme un mur de brique après le passage d'un bulldozer.

Pour en revenir à Roy, Théa demanda des informations au mercenaire sur l'emplacement du sérum. Slade n'hésita pas à dénoncer Oliver, il devait révéler l'emplacement de la plaque. Le monde autour du justicier n'était pas totalement brisé, seul Théa pourra mettre un coup de semence sur la tête de son frère. Avant que ses alliés au sein de Queen Industries et de la mairie ne passa à l'action. Pour résumé, Slade passa à l'action.

- Selon mais informations. Oliver a utilisé un ancien entrepôt de votre père pour ouvrir cette boîte de nuit, le Verdant. Depuis vous êtes devenu la patronne et votre frangin viens souvent prêter main forte.

Il jouait avec ses doigts sur la table.

- Pourquoi à votre avis, j'ai ouïe dire qu'Oliver s'absente souvent dans une chambre spéciale. Un espace privée et je suppose que vous n'avez pas la clef. Demandez-vous pourquoi Théa. Ses agissements, son mutisme avec cette pièce, que cache-t-il ?

Le mercenaire connaissait énormément de chose sur son ennemi et les informations de ses hommes étaient exact. Oliver cachait beaucoup de chose étrange à sa sœur et la jeune femme était en droit de le savoir. Slade devint ainsi l'informateur, alors qu'Oliver aurait dut passer à l'action lui-même.

- Mon point de vue risque d'être différemment, mais je pense que votre frère utilise cette pièce comme son repaire. Vous trouverez le sérum là-bas !

Soudainement un homme de Slade entra dans la café et donna une carte métallique au mercenaire. Le borgne le remercia et le congédia une nouvelle fois.

- Cette carte vous aidera à retrouver Roy. Contrôlez la pièce de votre frère, le sérum sera à vous. Par contre, faites vite, Roy n'a plus beaucoup de temps devant lui avant de sombrer dans la folie. Voir de mourir.

Théa était désormais au courant et Slade se félicita. La patronne du Verdant devait vite réagir, avant que son bien aimé ne trouve la mort dans une ruelle sombre, où à un coin de rue.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   Ven 3 Juin - 16:42


Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?

feat. Big Bad Wolf aka Slade Wilson


En apprenant que le repaire d’Oliver était localisé au Verndant, une ride de mécontentement naquit entre mes sourcils. Au fur et à mesure que le mercenaire égrainait les renseignements, mon regard se perdit dans le vague d'un recoin de l'établissement. Muette et étrangement calme, je demeurais presque absente, comme absorbée par mes pensées. Celles-ci filaient droit vers Oliver. Je n’étais guère surprise que mon frère me cachait quelque chose. Son comportement distant et réservé depuis le fameux jour de son retour allait dans ce sens et avait peu à peu fait naître chez moi l’idée qu’il n’avait pas été honnête avec moi. Le fait qu’il n’avait pas confiance en moi me navrait énormément. J’attendais tellement de lui lorsqu’il revint de cette île perdue. En me tenant à l’écart de ses agissements, Oliver s’avérait bien être un Queen et rejoignait la longue liste des déceptions familiales…

J’étais fatiguée moralement qu’on me protège comme un oiseau vulnérable. L’accumulation des secrets qui entouraient ma vie avait finalement produit en moi plus de troubles et de tourments par leur dévoilement successif que le rempart qu’ils devaient représenter. J’étais en pleine détresse psychologique et cela m’amenait à émettre des conduites autodestructrices. Se soûler jusqu’à pas d’heure, prendre des drogues, avoir un mode de vie désorganisé jusqu’à l’isolement social, tout cela était des signes de négligence envers ma propre personne et traduisait un rapport dégradé à mon existence. Sans m’en rendre vraiment compte, j’étais devenue indifférente à la mort. Je pouvais bien disparaître, personne ne s’en soucierait…

Et cette indifférence à la mort pouvait me prédisposer à accepter des idées ou des comportements à l’opposé des valeurs que je tenais volontiers. C’est vrai, quand on n’a plus rien à perdre, on est alors prêt à tout. C’est ce qui fait dire à certains philosophes que le désespoir est la condition de toute action possible et je veux bien les croire… À présent au fond du trou, abandonnée de tous, ayant tout perdu, ne pouvant plus me fier qu’à moi-même, je commençais à faire mes propres choix et à agir. Mais c’est justement là le paradoxe : on croit allègrement choisir et agir par sa propre volonté, selon ses propres motivations, ses propres valeurs. Or j’avais lu un jour dans un magazine de psychologie que dans un état de forte tension psychologique, les individus sont souvent impliqués par l’action qui les engage (une contrainte extérieure à leur motivation) à adopter un comportement contraire à leurs valeurs, à ce qu’ils aiment et ce qui est important pour eux. C’est qu’on appelle la dissonance cognitive. Il ne faut donc pas croire naïvement aux propos que les gens disent quant à ce qui est important pour eux sans que cela soit vérifier dans les actes. Cela, je l’apprenais à mes dépends… Dans l’état de détresse dans lequel je me trouvais, dans mon univers mental réduit en lambeaux, je me demandais si j’allais céder à de telles conduites contradictoires…

Une seule personne retenait ma tête hors de l’eau et m’empêchait de me noyer : c’était Roy. Malgré ses erreurs, il avait toujours eu des attentions bienveillantes et chaleureuses à mon égard. Je savais que j’occupais une place centrale dans son cœur. De surcroît, il fallait que je le retrouve aussi bien pour sa sauvegarde que pour la mienne.

Un homme s’approcha de Slade, ce qui mit fin à mes ruminations. Il lui confia un petit objet plat. Le borgne le posa sur la table. Il s’agissait du passe pour accéder à la salle qui m’était interdite au sein du Verdant, alors même que j’en étais la gérante. Wilson m’assurait que j’y trouverais l’antidote capable de sauver ou de stabiliser mon justicier amateur. Je me demandais également ce que le repaire d’Oliver pouvait contenir d’autres… Mais il était urgent que je me dépêche. Selon l’estimation du renégat, la santé de Roy était en jeu. Je vis alors sur le visage du mercenaire un sourire narquois se dessiner. Je le trouvais méprisable et ne pus m’empêcher d'avoir un pincement de lèvres.

« Ça vous fait rire de mettre en danger la vie des gens ! Vous devez y trouver un certain plaisir, j’imagine… Vous ne valez pas mieux que l’homme qui m’a mise au monde ! Je me demande pourquoi je continue à vous écouter ! »

Je saisis la carte métallique et quittai la table, laissant derrière moi un milkshake à peine consommé et tout un tas de friandises intactes.

« J’espère ne jamais vous revoir de ma vie, Monsieur Wilson ! »

Je me dirigeais vers la sortie d’un pas vif, indiquant par là même mon envie de quitter le sinistre individu et de secourir Roy au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ta mère ne t'a jamais dit qu'il est dangereux de se promener seule dans les Glades ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Legends of Tomorrow  :: Starling City :: Les Glades-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: